Tous les articles par Shaolin Nantes

Shaolin Pao Quan – la boxe canon de Shaolin 少林炮拳

Shi Heng Jun
Shi Heng Jun

D’après les anciens livres de Shaolin (Shaolin Quan Pu 少林拳谱) la boxe canon de Shaolin a été créée par le moine Fu Ju 福居 pendant la dynastie Song (宋朝960 – 1279). Il avait invité 18 grands maitres de différents styles pour échanger sur leurs connaissances au temple Shaolin et créer la quintessence de la boxe Shaolin.
Cette boxe (Pao Quan 炮拳 ou Pao Chui 炮锤) avait à l’origine 28 méthodes sous la dynastie Qing (清朝 1644 – 1912). Elle a été améliorée pour atteindre 36 méthodes par le moine Zhan Ju 湛举. Cette boxe n’a pas seulement absorbé la quintessence des boxes Shaolin Luohan Shi Ba Shou 少林罗汉十八手, Luohan Quan 罗汉拳, Da Hong Quan 大洪拳, Xiao Hong Quan 小洪拳, Tong Bi Quan 通臂拳 mais combine également avec l’expérience acquise dans le combat réel par ces grands maitres.
Elle contient également la pratique du Xin Yi Ba 心意把, une boxe exclusive de shaolin, lui donnant ainsi ce gout si particulier et un style inimitable. Ses actions sont féroces et rapides, de manières imprévisibles, mêlant le doux et le dur. C’est une forme de boxe dédiée au combat réel, ignorant la forme fleurie.
Depuis la dynastie des Qing (清朝 1644 – 1912), elle fut considérée comme une compétence unique et secrète de Shaolin.

Il est dit désormais que la boxe canon de shaolin est l’une des boxes les plus anciennes du monastère de shaolin. Elle est considérée comme l’une des 10 plus grandes boxes de shaolin. Son nom « Boxe Canon » (炮Pao en chinois) vient du fait qu’elle contient beaucoup de technique nommée par « canon » (Pao) comme :

追风炮、zhui feng pao
卧心炮、wo xin pao
飞云炮、fei yun pao
连环炮、lian huan pao
迎面炮、ying mian pao
冲天炮、chong tian pao
裹鞭炮 guo bian pao
Et d’autres encore…

Le goût de la boxe :

拳要求,    内要提,外要随,
起要横,落要顺,打要近,
气要催,拳如炮,毁敌身。

Traduction:
拳要求     Cette boxe doit être suppliée (pour être apprise)
内要提,L’interne doit être élevé
外要随,L’externe doit être suivie
起要横,(l’action de ) s’élever doit être brutal
落要顺,(l’action de ) se baisser doit suivre
打要近,Frapper doit (se faire) proche (de l’adversaire)
气要催,Le souffle doit être pressé
拳如炮,Boxer comme l’explosion d’un canon
毁敌身。Démolir le corps de l’ennemi

Une vieille formule transmise par le maitre Jin Na Luo Wang  sur Pao Quan:
《炮拳罗王传歌诀》曰:

少室正宗武之花,诸拳之王炮拳架;
一招一式冲天塌,手足身步卷风沙;
拳似发炮身如龙,趋避神速妖皆怕。

Traduction:
La formule de la boxe canon transmise par LuoWang :
C’est un travail magnifique de l’école martiale orthodoxe du mont shao, la boxe Canon considérée comme la reine des boxes,
Toutes les techniques qui s’élèvent droit jusqu’au ciel font s’effondrer l’ennemi, les mains, les pieds, le corps, les déplacements sont comme un ouragan de sable,
Boxer comme l’explosion d’un canon, le corps comme un dragon, éviter extrêmement rapidement et tous les démons auront peur.

Une autre ancienne formule dit:

炮拳历史有记载,宋代福居著上册,
套路古老名声在,少林代代传下来。

Traduction:
L’histoire de la boxe Canon a été consignée, la dynaste Song (宋代) (le maitre) Fu Ju (福居) a écrit le premier volume,
Un taolu ancestral et réputé, transmis de génération en génération à Shaolin.

Le traité de la boxe Canon:

拳谱曰 :
少林大炮捶法妙, 福居先師譜内抄,
三十六勢拳把絶, 招招虎勁震山摇,
衡砸揣打崩底漏, 欲插劈擺纏甩撩,
撲推拉跳踢潑驟, 震脚如雷勢如炮,
眼疾手快即成擒,  大炮捶法歸宗招.

Traduction:
La grande boxe Canon de Shaolin (少林大炮捶) a des méthodes merveilleuses, 
Le grand maitre Fu Ju (福居) a créé (cette boxe),
36 techniques uniques,
chaque technique (a) le jin勁 du tigre (qui) secoue la montagne ,
Les frappes pilonnantes font s’effondrer (l’ennemi) au sol,
Vouloir percer (cha 插), fendre (pi 劈), balancer (bai 擺), enrouler (chan 纏), projeter (shuai 甩), lever (liao 撩),
(les techniques de) se jetter (pu 撲), pousser (tui 推), tirer (la 拉), bondir (tiao 跳), donner des coups de pied (ti 踢), se répandent soudainement,
Le pied tremblant (zhen jiao 震脚) comme la foudre, la puissance est comme (celle d’un) canon,
Le regard est vif, les mains sont rapides, les saisies sont immédiates,
Les méthodes de la grande boxe Canon sont ancestrales.

Cette boxe est composée de :

  • Xiao Pao Quan
  • Da Pao Quan

Le Xiao Pao Quan n’a qu’une routine. Le Da Pao Quan lui en a trois. D’après Shi De Yang, les deux premières routines de la grande forme ont été transmises au plus grand nombre. Par contre la troisième routine était jalousement gardée par les maitres et ces derniers ne l’ont transmise qu’à peu de disciple.

Ci dessous, la formule des noms de la grande boxe Canon routine 1 et 2 (大炮拳一路二路)

少林炮拳名称歌诀
起势掩手先起把,落地砸拳摘心捶
古树盘根双磕肘,虎抱头云顶七星
单鞭紧接虎抱头,斜形双关铁门封
左斜行接连劈腿,右斜行十字踩脚
摘心捶古树盘根,倒步格拳磕肘行
拦腰捶黑虎登山,摆肘撅柴耳贯风
劈腿斜行迎面撒,云顶七星单鞭冲
左右卧枕摘心捶,古树盘根肘双碰
再次鹞子大翻身,拐肘撅柴双贯风
右边斜行跨毛蓝,卧地炮拦腰拳攻
斜行接连推山掌,拐肘紧跟鹞翻身
金鸡独立大观阵,束身五指上朝凤
云顶七星接单鞭,舞花坐山炮拳成

Traduction:
La formule des noms de Shaolin Pao Quan

Ouverture (Qǐ shì 起势), caché la main (yǎn shǒu 掩手), saisir vers l’avant en s’élevant (xiān qǐ bǎ 先起把)
Se baisser vers le sol (luòdì 落地), pilonner avec le poing (zá quán 砸拳), arracher le coeur (zhāixīn chuí 摘心捶)
L’arbre ancestral enroule ses racines (gǔ shù pán gēn 古树盘根), double frappe des coudes (shuāng kē zhǒu 双磕肘)
Le tigre serre dans ses bras la tête (hǔ bào tóu 虎抱头), les nuages au sommet (yúndǐng 云顶) les sept étoiles (qīxīng 七星)
Simple fouet (mais suite à une discussion avec Shi De Cheng, il s’agirait plutôt de « la palanche ») (dān biān 单鞭),  accueillir étroitement (jǐn jiē 紧接),  le tigre serre dans ses bras la tête (hǔ bào tóu 虎抱头)
Le corps de travers (xié xíng 斜形) double fermeture de la porte de fer (shuāngguān tiě mén 双关铁门), fermer/boucher (fēng封)
Le corps de travers à gauche (zuǒ xié xíng 左斜行),  enchainé avec un coup de pied tranchant/qui fend en deux (jiēlián pītuǐ接连劈腿)
Le corps de travers à droite (yòu xié xíng 右斜), coup de pied claqué en forme de croix (shízì cǎi jiǎo十字踩脚)
Arracher le coeur (zhāixīn chuí 摘心捶),  l’arbre ancestral enroule ses racines (gǔ shù pán gēn  古树盘根)
Deplacement arrière (dào bù 倒), coup de poing (gé quán 格拳), frapper du coude (kē zhǒu xíng磕肘行)
Bloquer la taille et marteler (lányāo chuí 拦腰捶), le tigre noir gravit la montagne (hēi hǔ dēngshān,黑虎登山)
Balancer le coude (bǎi zhǒu 摆肘),  relever le bois (juē chái 撅柴),  le vent pénètre les oreilles (ěr guàn fēng耳贯风)
Coup de pied tranchant/qui fend en deux (pītuǐ 劈腿), le corps de travers (xié xíng 斜行),  lancer face à (l’ennemi) (yíngmiàn sā迎面撒)
Les nuages au sommet (yúndǐng 云顶), les sept étoiles (qīxīng 七星), simple fouet (ou palanche)(dān biān chōng单鞭冲)
S’allonger sur l’oreiller à gauche et à droite (zuǒyòu wò zhěn 左右卧枕), arracher le cœur (zhāixīn chuí,摘心捶)
L’arbre ancestral enroule ses racines (gǔ shù pán gēn古树盘根),  double frappe des coudes (zhǒu shuāng pèng肘双碰)
Encore une fois le busard se retourne (zàicì yàozi dà fānshēn, 再次鹞子大翻身)
Coup de coude (guǎi zhǒu拐肘) relever le bois (juē chái 撅柴), double pénétration du vent (shuāngguàn fēng双贯风)
Le corps de travers à droite (yòubiān xié xíng 右边斜行),  traverser les poils bleus (kuà máo lán 跨毛蓝)
Le canon sur le sol (wò dì pào 卧地炮)  attaquer avec un coup de poing partant de la taille (lányāo quán gōng拦腰拳攻)
Le corps de travers enchainé par la paume qui pousse la montagne (xié xíng jiēlián tuī shān zhǎng,  斜行接连推山掌)
Coup de coude (guǎi zhǒu 拐肘), enchainé par le busard qui se retourne (jǐn gēn yào fānshēn紧跟鹞翻身)
Le coq d’or se tient sur une patte en observant l’ennemi (jīnjīdúlì dàguān zhèn,  金鸡独立大观阵)
Retirer le corps (shùshēn 束身)  les cinq doigts vers le haut (comme un) phénix (wǔzhǐ shàng cháo fèng五指上朝凤)
Les nuages au sommet (yúndǐng 云顶), les sept étoiles (qīxīng 七星) enchainé par un simple fouet (ou palanche)(jiē dān biān 接单鞭)
Faire danser les fleurs et s’assoir sur la montagne (wǔ huā zuò shān舞花坐山), c’est la fin de la boxe canon (pàoquán chéng炮拳成)

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Chang Hu Xin Yi Men Quan – la boxe de la grande sauvegarde du style du Xin Yi de Shaolin 少林长护心意门拳

La boxe de la grande sauvegarde du style du xinyi 少林长护心意门拳 

Concernant l’origine de cette forme, il est dit que c’est une des formes les plus anciennes de Shaolin, créé par le moine Hui Wei (惠威) pendant la dynastie des Song (宋朝 960 – 1279). Elle était composée de 36 techniques à l’origine puis étendu à 66 techniques.

Pendant la dynastie Yuan (元朝 1280 – 1368) le fameux moine Jin Na Luo (紧那罗) a complété la boxe pour atteindre 72 techniques.

Enfin pendant la dynastie des Ming (明朝 1368 – 1644), elle fût de nouveau développée par les moines Jue Xun (觉训) et Tong Xiang (通祥) pour atteindre 84 techniques.

Chang Hu Xin Yi Men Quan fait partie du style Qi Xing Men (七星门) de Shaolin et a un lien très proche avec la boxe Qi Xing Quan (七星拳), on dit qu’elles ont une relation comme « mère » et « fille ». Ces deux boxes ont des positions très atypiques, qui ne sont utilisés dans aucune autre boxe de shaolin.

Chang Hu Xin Yi Men Quan possède beaucoup de techniques de main (手法) et peu de technique de jambe. La particularité de cette boxe est de varié entre le souple et le dur.

La formule de la boxe

长护心意门拳长,八十三势招招强。白蛇吐信照胸中,二龙戏水把人伤。
金沙飞掌伤人面,冲天炮拳直打上。寒鸡人群跨虎势,急忙转身铁扇挡。
提膝砸手闻声响,转胸七星人难防。二郎但山赶日用,双关铁门击太阳。
马步骤出崩仙掌,起落进退把人伤。提膝栽把疾如风,探马扫式最妙强。
马步崩出飞心掌,捶出打脸溅红光。虚步实行朝上打,十字通臂前后伤。
阴阳出手妖难躲,探马冲捶击胸膛。撤步炮捶挡脚手,金鸡独立提膝梁。
猿猴束身观战势,左右踩脚连击响。腋下藏花崩九天,虚实捶打把人伤。
大鹏踹起撩阴脚,提膝蹬腿截断桩。火神分金破肚肠,左右飞掌削耳光。
疾步一掌崩开石,脚手并用敌难防。盯心标拳虎掏心,跨虎待机把敌伤。
二郎担山赶太阳,探步骤出神肘掌。大开门户诱敌进,闭门抓鸡全入网。
鸳鸯常爪百变化,拧把跨虎抖大膀。二起踩脚肘会膝,马步侧打两倒桩。
龙身干扰行乾坤,腾空点打击太阳。白猴束身扭身转,飞拳击打眉鼻梁。
翻臂撩打穿肋捶,霎间百魔见阎王。虎步跨虎招把绝,十字通臂打四方。
门开两扇诱贼人,金鸡独立站中堂。白猿束身待良机,青龙出海抖角璋。
转身重炮震天响,下海捉鳖遍海洋。铁捶击伤大力士,狸猫束身足下藏。
青风卷地扫落叶,铁掌甩击神难防。枯树盘根连根拔,织女穿梭如闪往。
卫士怒关门两扇,左右跨虎藏后庄。二龙戏珠变无常,阴阳虚实敌难祥。
云顶七星双出捶,解破重围过大江。罗汉稳坐泰山顶,笑眉观赏众僧康。
苦练吾拳八春秋,武艺超群闯八江。严戒不出无德徒,卓技仅映少林光。

Traduction:
En cours de traduction

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Si : le temple quoi ? de la petite forêt ? de la jeune forêt ?

Après avoir lu presque tout et n’importe quoi sur l’explication du nom du célèbre monastère de Shaolin, j’ai décidé d’écrire un article sur ce sujet.

Il est souvent traduit à tort par :
Le temple de la petite forêt
Le temple de la jeune forêt
Le petit temple boisé

Tout d’ abord, décomposons le nom Shaolin Si (少林寺)

Monastère de Shaolin 少林寺
Monastère de Shaolin 少林寺

少shào : jeune
林lín : forêt/bois
寺sì : monastère

A première vue on pourrait traduire simplement par le « monastère de la jeune forêt ».

Cette traduction devient complètement erronée lorsque l’on connaît la géographie de la région où est situé le monastère de shaolin.

Le monastère se trouve au milieu du Song Shan 嵩山. Cette chaîne de montagne est composée de deux principaux monts :

  • à l’est le mont Tai Shi 太室山
  • à l’ouest le mont Shao Shi 少室山

Le monastère de Shaolin est situé au pied du mont Shao Shi au milieu d’une forêt.

Le « shao » dans « Shaolin Si » fait donc référence au mont Shao Shi, « lin » fait référence à la forêt et « Si »  au monastère.

Pour une raison que j’ignore, les chinois traduisent toujours « Si » par « Temple » (au lieu de « monastère ») dans le cas de « Shaolin » (dans les autres cas, ils traduisent bien par « monastère »).  En chinois « Temple » se dit «miào » 庙.

On peut donc traduire Shaolin Si par « le monastère dans la forêt du mont Shao Shi ».

Liens sur le site officiel (en anglais)

© Copyright Shaolin Nantes.

Les 8 frappes autorisées et les 8 frappes interdites de Shaolin 八打八不打

Planche Ba Da Ba Bu Da
Planche Ba Da Ba Bu Da

A Shaolin, il existe deux poèmes très connus qui indiquent les frappes qui sont permises de celles qui sont interdites (八打八不打). En effet, l’école de Shaolin étant issu du bouddhisme, les techniques mortelles ne doivent être utilisées qu’en ultime recours. Des techniques efficaces mettant un terme au combattant rapidement sans pour autant tuer l’adversaire existent. Elles sont donc préconisées lors d’un combat. Sur cette base et afin de ne pas oublier ces règles, les anciens maîtres de Shaolin ont écrit deux poèmes : 八打(Ba Da les huit frappes autorisées) et 八不打 (Ba Bu Da les huit frappes interdites).

Voici donc ces poèmes et leur traduction.

八打:
一打眉头双睛,二打唇上人中,
三打串腮耳门,四打背后骨缝,
五打肺腑胸膛,六打撩阴高胃,
七打鹤膝虎胫,八打破骨千斤。

Traduction:
Les huit frappes autorisées :
Première frappe: tu dois frapper les yeux (il provoque la perte de la vue et du jugement) et l’arcade sourcilière (blessure du nerf optique)
Deuxième frappe: tu dois frapper le philtrum au dessus des lèvres (blessure soit nerveuse soit dentaire)
Troisième frappe: tu dois frapper les endroits entre la joue et la gnathie (il provoque le déboîtement)
Quatrième frappe : tu dois frapper le dos sutural (il provoque la défaillance des membres supérieurs)
Cinquième frappe: tu dois frapper les entrailles et la poitrine (il provoque l’abîme du muscle pectoral, la difficulté de la respiration, la défaillance des membres supérieurs)
Sixième frappe: tu dois frapper les os juste au dessus des parties honteuses (juste au dessus du pénis)
Septième frappe : tu dois frapper les genoux de la grue et la jambe du tigre (blessure articulaire qui entraîne une difficulté du mouvement voir même l’handicap)
Huitième frappe: tu dois frapper le tibia

八不打:
一不打太阳为首,二不打正对锁口,
三不打中心两臂,四不打两肋太极,
五不打海底撩阴,六不打两肾对心,
七不打尾宫缝腑,八不打两耳医风。

Traduction:
Les huit frappes interdites :
Premièrement: tu ne dois pas frapper les tempes
Deuxièmement: tu ne dois pas frapper la gorge et les clavicules
Troisièmement: tu ne dois pas frapper l’endroit où se situe le coeur et les deux cotes
Quatrièmement : tu ne dois pas frapper les deux côtes en dessous du creux des aisselles
Cinquièmement: tu ne dois pas frapper les parties honteuses
Sixièmement: tu ne dois pas frapper les deux reins
Septièmement : tu ne dois pas frapper la vertèbre coccygienne
Huitièmement: tu ne dois pas frapper les oreilles avec la technique « shuang feng guan er » (le double vent rentre dans les oreilles)

© Copyright Shaolin Nantes.

Le « goût » du style Shaolin

Maitre Shi Heng Jun 释恒君
Maitre Shi Heng Jun 释恒君

Comme chaque style traditionnel, l’école de Shaolin (少林) à ses particularités qui les différencient des autres écoles de wushu (武术).

Lors de mon séjour de deux ans en Chine au temple de Da Fa Wang Si (大法王寺), j’ai remarqué dans le bureau du maître un tableau avec des inscriptions. Comme au début j’avais un niveau de chinois très faible, je n’y ai pas prêté attention.

Quelques mois plus tard, je suis retourné dans le bureau du maître boire le thé avec lui. Entre temps, j’avais fais pas mal de progrès en chinois ce qui m’a permis de comprendre quelques idéogrammes sur le tableau. J’ai alors demandé au maître à quoi correspondait les inscriptions sur le tableau.

Il m’expliquait alors que ces inscriptions définissaient le « goût »  de l’école de Shaolin. Chaque groupe de trois idéogrammes correspond à une comparaison définissant ainsi une particularité de l’école. Pour chaque comparaison il me faisait une petite illustration en exécutant un mouvement.

Il ajouta que c’est une des choses les plus importantes. Ne pas s’attacher à la forme mais s’imprégner des principes et du « goût » du style.

Le texte suivant correspond donc aux « goûts » de l’école de Shaolin. Il est composé des 18 comparaisons construites toutes de la même manière : 3 idéogrammes avec comme deuxième idéogramme 如 (ru) qui signifie « comme ».

少林功夫如字决 
« SHAOLIN GONG FU RU ZI JUE»
SPECIFICITES DU KUNGFU SHAOLIN

(Version écrite au temple DaFaWang)

動如偑  坐如籦

站如松  立如钉

卧如弓  起如鹤

落如雀  攀如猿

旋如鹰  盤如蛇

仆如虎  翻如鹞

脱如兔  缩如猫

轻如鸿  重如铁

转如鑚  滚如轮 

Traduction:
動如偑: Se mouvoir comme le vent
坐如籦: S’assoir comme une cloche (aussi stable qu’une cloche en fonte)
站如松: Immobile comme un sapin
立如钉: Se tenir debout (être droit) comme un clou
卧如弓: Allonger comme un arc
起如鹤: Décoller comme une grue
落如雀: Atterrir comme une pie sur une branche
攀如猿: Grimper comme un gibbon
旋如鹰: Virer comme un aigle
盤如蛇: S’enrouler comme un serpent
仆如虎: Bondir comme un tigre
翻如鹞: Se retourner comme un busard
脱如兔: S’enfuir comme un lièvre
缩如猫: Se contracter comme un chat
轻如鸿: Léger comme une oie sauvage
重如铁: Lourd comme du fer
转如鑚: Tourner
滚如轮: Rouler comme une roue d’une charette

© Copyright Shaolin Nantes.

 

 

 

 

 

L’origine des noms des moines de Shaolin

Le grand Maitre Shi Su Xi
Le grand Maitre Shi Su Xi 释素喜

On entend souvent parler des maîtres de Shaolin dans les médias spécialisés. Les plus connues sont Shi De Yang (释德杨), Shi De Cheng (释德成), Shi Heng Jun (释恒君) etc. On peut se rendre compte d’une certaine similitude dans leurs noms. Le but de cet article est donc de vous éclaircir sur ces noms et leurs origines.

Tout d’abord, on peut diviser la lignée des moines de Shaolin en trois grandes parties :

1ère lignée d’abbés du Monastère de Shaolin
1) Ba Tuo 跋陀 (est le fondateur du monastère et le premier abbé du monastère)

2ème lignée d’abbées du Monastère de Shaolin
1) Da Mo 达摩 (378-?) (est le fondateur du CHAN (禅), connu pour avoir créé les premiers qigong de Shaolin 少林气功, Yi Jin Jing 易筋经, Xi Sui Jing 洗髓经 etc)
2) Hui Ke (487-594)
3) Sheng San (d. 606)
4) Gao Xing (580-651)
5) Hung Ren (600-678)
6) Hui Neng (638-713) (extrêmement influent, sa propre vie est considérée comme un sutra, le premier abbé, qui a écrit les principes du bouddhisme Chan. Avec la mort de Hui Neng une nouvelle lignée de moines commence à Shaolin. La première génération de cette lignée est Fuyu.)

3ème lignée d’abbées du Monastère de Shaolin
1) Fu Yu (福裕, 1203-1275) (Dynastie Song) (première génération de « moine combattant », fondateur de la lignée du monastère de Shaolin)
…)
29) Shi Xing Zheng (1914-1987)
30) Shi Yong Xin (né en 1965, abbé actuel)

Pendant la dynastie Song, l’abbé Fu Yu (福裕) a écrit un poème avec lequel on détermine les noms des moines de Shaolin (appelé en chinois 七十字 « les 70 mots »). Donc depuis l’apparition de ce poème est née la lignée des noms des moines que l’on connaît aujourd’hui. Ces noms sont décomposés en trois parties de la façon suivante :

-la première partie du nom est toujours la même : 释 (shì). C’est le diminutif de 迦牟尼(shì jiā móu ní) qui est un hommage au bouddha Sâkyamuni.

-la seconde partie du nom correspond à la génération du moine. C’est cette partie précise du nom qui fait référence au poème de Fu Yu 福裕 et qui permet de déterminer la génération du disciple.

Ce poème est le suivant :

福慧智子觉,了本圆可悟。
周洪普广宗,道庆同玄祖。
清静真如海,湛寂淳贞素。
德行永延恒,妙体常坚固。
心朗照幽深,性明鉴崇祚。
衷正善禧禅,谨悫原济度。
雪庭为导师,引汝归铉路。

En PinYin :

Fu hui zhi zi jue,
liao ben yuan ke wu
Zhou hung pu guang zong,
dao qing tong xuan zu
Qing jing zhen ru hai,
zan ji chun zhen su
De xing yong yan heng,
miao ti chang jian gu
Xin lang zhou yu shen,
xing ming jian chong zha
Zhong zhen shan xi shang,
jin zhi yuen ji du
Shui ting wei tao shi,
ying ru gui ming lu

Correspondance des mots du poème avec le nom des génération :
1. Fu Yu Hui Ju    10. Wu                       19. Xuan        28. Chun
2. Hui                        11. Zhou                    20. Zu             29. Chen
3. Zhi                         12. Hung                   21. Qing        30. Su
4. Zi                            13. Pu                         22. Jing          31. De
5. Jue                         14. Guang                23. Zhen       32. Xing
6. Zi                            15. Zong                    24. Ru            33. Yong
7. Ben                        16. Dao                      25. Hai          34. Yan
8. Yuan                     17. Qing                     26. Zan         35. Heng
9. Ke                           18. Tong                    27. Ji              36. Miao
37. Ti                          38. Chang

Traduction du poème (j’ai fais de mon mieux):

* * *

Seules les personnes saines peuvent comprendre la voie, ensuite elle pourront atteindre la sagesse et le bonheur.
Utilisez l’ensemble pour voir les principes, vous pourrez comprendre la voie.
Nous devons répandre le CHAN (Zen) comme des rayons de soleil sur le monde entier.
Toutes les branches du bouddhisme ont la même racine.

La clarté et le calme sont profonds comme la mer.
Quand vous abandonnez vos attachements, votre vrai visage apparaît.
Seule la vertu est sans fin,
Votre cœur pur ne change jamais.
Quand votre coeur sera calme, sa luminosité dissipera l’obscurité.

Votre vraie nature est la plus haute.
Si vous êtes loyal, honnête et gentil, vous recevrez le bonheur et la paix.
Rappelez-vous toujours du cœur de Bouddha.
Dans l’esprit de Huike,
C’est la voie du Bouddhisme.

* * *

-Enfin la troisième partie du nom est donnée par le maître à son disciple.

Pour résumé, le nom d’un moine/disciple de ShaoLin se décompose toujours de la façon suivante :

SHI (释)         +         la génération  +         nom donné par son maître

Ex :  SHI 释 + HENG 恒 + JUN君

Traditionnellement, ces noms étaient réservés qu’aux moines ordonnés. Aujourd’hui, c’est une toute autre réalité. De nos jours, la plupart des maîtres de Shaolin ne sont pas moines (和尚) mais possèdent un nom bouddhiste (法名) qui leur a été donné par leurs maîtres.

© Copyright Shaolin Nantes.