Archives de catégorie : Kung Fu Shaolin 少林功夫

Le kung fu de Shaolin

Les 18 techniques de base de Shaolin 少林基本功十八式

A Shaolin il existe 18 techniques de bases qui permettent de « poser les fondations » du style. Bien évidemment il en existe plus que 18. Mais le chiffre 18 étant un chiffre important dans la culture de Shaolin, les anciens maitres ont définies 18 techniques basiques précises.

马步单鞭 – Mǎ bù dān biān

Ces 18 techniques sont les suivantes :

1 马步单鞭Mǎ bù dān biān 2 弓步斜形Gōng bù xié xíng
3 虚步格掌Xū bù gé zhǎng 4 仆步切掌Pū bù qiè zhǎng
5 歇步中拳Xiē bù chōng quán 6 弹腿Tàn tuǐ
7 单拍脚Dān pāi jiǎo 8 里合脚Lǐ hé jiǎo
9 外摆脚Wài bǎi jiǎo 10 劈腿Pī tuǐ
11 侧踹腿Cè chuài tuǐ 12 后蹬腿Hòu dēng tuǐ
13 鸡型步Jī xíng bù 14 蝎子摆尾Xiē zi bǎi wěi
15 前扫腿Qián sǎo tuǐ 16 二起脚Èr qǐ jiǎo
17 旋风脚Xuànfēng jiǎo 18 外摆脚Wài bǎi jiǎo

Elles permettent de travailler les postures, les techniques des membres supérieurs (tranchants, poings, crochets, hypercut, marteaux, piques, etc), les techniques des membres inférieurs (déplacements, coup de pieds, balayages, etc) ainsi que les principes du style. Chacune des techniques permet une défense sur une des 3 distances (longue, moyenne, courte) et s’exprime par des clés, projections et percussions.

Elles se retrouvent dans la totalité des formes du style (luohan quan, hong quan, qi xing quan, etc) et sont la « marque de fabrique » du style.

© Copyright Shaolin Nantes.

Les particularités du style Shaolin 少林功夫的风格

少林功夫的风格 – Le style du gongfu shaolin

La multitude des styles des arts martiaux chinois se différencient par des particularités, des principes qui leurs sont propres. L’article suivant a pour objectif de vous présenter les particularités de la boxe de Shaolin 少林拳 à travers des extraits de traités canoniques du style.

拳打一条线quán dǎ yītiáo xiàn : La boxe s’exécute sur une ligne droite
滚出滚入gǔn chū gǔn rù : enrouler en sortant, enrouler en rentrant.
Commentaire: Les frappes sont toutes « enroulées » ou « vissées », le corps s’enroule, les bras s’enroulent, comme une balle de pistolet ou la mèche d’une perceuse, la rotation permet la pénétration. L’image est comme une tornade se déplaçant sur une ligne droite.

曲而不曲,直而不直qū ér bù qū, zhí ér bù zhí: Fléchi mais pas fléchi, tendu mais pas tendu.
Commentaire: Il ne faut pas tendre complètement le bras lors d’une frappe pour éviter de s’exposer à un contre, luxation ou frappe sur l’articulation du coude. Mais il ne faut pas trop fléchir afin de pouvoir émettre suffisamment de puissance. Un des points clé est d’avoir le coude vers le bas pour maintenir la structure (结构).
Ce traité martial souligne également l’effet « ressort » dans la frappe (toujours dans l’idée de ne pas se faire contrer ou saisir).
A Shaolin, les maitres aiment prendre en exemple la dualité des mots « vieux » et « inexpérimenté » (en chinois « 老嫩 ») pour expliquer cette notion. Le « vieux » (en référence au « tendu ») a dépassé la maturité et a donc moins de force, là où « l’inexpérimenté » (en référence au « fléchi ») n’a pas encore la maturité et ne peut donc pas exprimé toute sa force. Le « fléchi mais pas fléchi, tendu mais pas tendu » permet de résoudre « le vieux » et « l’inexpérimenté » tout en exprimant la puissance.

拳打卧牛之地quán dǎ wò niú zhī dì : la boxe s’exécute (dans l’espace) d’un bœuf allongé sur le sol
短小精悍duǎn xiǎo jīng hàn : court petit (mais ) concis et féroce
刚劲有力gāng jìng yǒu lì: Le jin (puissance) dur/ferme a (beaucoup) de force. Ce qui met en avant le côté « féroce » / « argneux » du style.
Commentaire: Le premier traité souligne que la boxe de Shaolin n’est pas une boxe « longue », elle peut se pratiquer dans des endroits confinés, il est dit « l’espace d’un bœuf allongé sur le sol ».
Les deux autres traités mettent en avant la puissance et la férocité des frappes dans la boxe de Shaolin malgré l’utilisation de petits mouvements pour ne pas s’exposer.

稳固而灵活 – wěngù ér línghuó : Solide mais agile
刚柔合一
gāng róu hé yī : unifier la fermeté et la souplesse
内外合一nèi wài hé yī: unifier l’interne et l’externe
Commentaire: Ces traités indiquent qu’il faut être féroce et puissant, mais qu’il ne faut pas non plus être raide et tendu. La puissance prend racine dans le relâchement et la profonde détente. Elle s’exprime en une centième de seconde lors de la frappe. C’est un des principes fondamentaux dans l’ensemble des arts martiaux chinois, savoir harmoniser le ferme et le souple, l’interne et l’externe ou en d’autres termes savoir maitriser le Yin et le Yang.

朴实无华pǔ shí wú huá : simple et sans fioriture (minimaliste)
Commentaire: La boxe de Shaolin n’est pas agréable à regarder, ce n’est pas une boxe « jolie ». L’accent est mis sur la simplicité et le pragmatisme des techniques, les techniques sont simples mais efficaces sans fioritures.

关裆合胯  – guān dāng hé kuà: fermer l’entrejambe et le pli de l’aine (kua 胯)

以防为主yǐ fáng wéi zhǔ : Utiliser essentiellement la défense
攻防合一gōng fáng hé yī: Unifier l’attaque et la défense
Commentaire: Il est dit qu’à Shaolin il y a trois trésors:
– Le Zen (Chán 禅 en chinois)

– L’art martial (Wǔ 武 en chinois)
– La médecine (Yī 医 en chinois)
Ces trois trésors ont un point commun: la défense. L’objectif de ces 3 trésors est de se défendre, chacun dans leur domaine respectif:
– Le Zen (Chán en chinois): défense contre les agressions psychologiques
– L’art martial (Wǔ en chinois): défense contre les agressions physiques
– La médecine (Yī en chinois): défense contre les agressions internes (défense immunitaire)
Les arts de Shaolin ont donc pour objectif de se défendre au sens large afin de pouvoir nourrir sa vie (养生 Yǎngshēng).
Pour en revenir sur l’aspect martial, la stratégie est donc plus axée sur la défense mais ce qui n’empêche pas qu’une défense peut être à la fois une attaque…

小手花众多xiǎo shǒu huā zhòng duō : Enormément de forme de mains
缩身动作多suō shēn dòng zuò duō : Beaucoup de mouvement de contraction/rétractation du corps

腿法多  – tuǐ fǎ duō: Beaucoup de techniques de jambes
Commentaire: Dans la boxe traditionnelle de Shaolin, les techniques de jambes ne dépassent pas la hauteur des hanches. il n’y a pas de techniques de jambe « hautes » pour 3 raisons principales:
1- Une technique de jambe « haute » n’est pas assez stable (beaucoup moins stable qu’une technique de jambe « basse »)
2- Une technique de jambe « haute » découvre trop le corps (les parties génitales, les articulations, etc)
3- Une technique de jambe « haute » est plus lente qu’une technique « basse »

Un vieux grimoire de Shaolin dit au sujet des techniques de jambes:
古拳谱云:

腿起望膝,膝起望怀,
脚起撩阴,肘发护心。

Traduction:
La jambe se lève et vise le genou,
Le genou se lève et vise la poitrine,
Le pied se lève et frappe (du bas vers le haut) les parties Yin,
Le coude s’expulse et protège le coeur.

发声多  – fā shēng duō: Beaucoup d’émission de son

神形一体shén xíng yī tǐ : L’esprit et le corps ensemble
禅拳合一chán quán hé yī: Unifier le Chan (Zen) et la boxe

重复动作多chóng fù dòng zuò duō : Beaucoup de répétition
Commentaire: Un même mouvement se retrouve dans beaucoup de forme. Seule la répétition mène à la perfection. N’ayez pas peur de la lassitude et de l’amertume.

打人不见形,见形不为能dǎ rén bù jiàn xíng, jiàn xíng bù wéi néng

少林武术套路繁多,包罗万象 – Shàolín wǔshù tàolù fánduō, bāoluówànxiàng : multiplicité des taolus, un contenu riche et varié

拳谱一曰:
屈而不屈,直而不直。
短者伸直,长者则屈。
快要加速度,力求疾中疾。
出拳如螺旋,阴阳妙理玄。

Traduction:
Fléchi mais pas fléchi, tendu mais pas tendu.
Court dans le tendu, long dans le fléchi.
(Pour être) rapide (vous) devez augmenter (votre) vitesse, la force demande d’être vive dans la rapidité.
Sortir le poing en spirale, le principe merveilleux du yin yang (阴阳) est incroyable.

拳谱二曰:
少林功夫天下勇,拳场大小不受限。
卧牛之地练拳脚,闪展腾挪把势全。
似走非走当真走,似进非进当真进。
卧牛之地练武艺,四面八方顾周全。
囚鸟笼内若任飞,出笼本事倍加添。
雪地劲草能葆翠,来春脱袄艺层添。

Traduction:
Sous le ciel du gongfu shaolin, l’espace (de pratique) de la boxe n’est pas limitée.

La boxe s’exécute (sur) l’espace d’un bœuf allongé sur le sol (un espace restreint), vous pouvez y pratiquer toutes les techniques : éviter, exposer, bondir, déplacer.
Comme partir en ne donnant pas l’impression de  partir mais vraiment partir, comme avancer en ne donnant pas l’impression d’avancer mais vraiment avancer.
L’espace d’un bœuf allongé (restreint) entraine l’art martial, les quatre côtés et les huit directions sont totalement pris en charge.
L’oiseau encagé qui parvient à voler doublera ses capacités sitôt sorti de la cage.
Les herbes vivaces* qui gardent leur vert de jade sous la neige augmentent leur qualité quand le printemps vient enlever la veste neigeuse.

* Les herbes vivaces désignent, depuis, les Han, les hommes inflexibles.

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Tong Bi Quan 少林通臂拳 ou la boxe (cachée) du singe ?

Shaolin Tong Bi Quan 少林通臂拳 ou la boxe (cachée) du singe ?

Un des styles les plus connu à l’école Shaolin s’appelle Shaolin Tong Bi Quan 少林通臂拳. La forme la plus connue de ce style est Da Tong Bi Quan (大通臂拳). Cette forme est très connue en Chine et désormais dans le monde entier. L’article suivant est donc une présentation de ce style particulier de Shaolin.

Histoire du style:
L’origine de cette boxe peut remonter à la dynastie Yuan (Yuan Chao 元朝). A cette époque le moine Jue Yuan 觉远 était un des meilleurs élèves du temple de Shaolin, il était très sérieux et très travailleur. Ayant soif d’apprendre et souhaitant encore s’améliorer, il demanda à son maitre s’il pouvait quitter le temple pour rechercher d’autres maitres en Chine afin d’améliorer son Gong Fu. Son maitre accepta et Jue Yuan 觉远 parta à la recherche de maitres.

Il se rendit à Lan Zhou et rencontra le maitre Li Sou 李叟. Jue Yuan 觉远 n’avait jamais rencontré un maitre si fort. Il implora Li Sou 李叟 mais ce dernier refusa Jue Yuan 觉远 comme élève. Cependant il lui présenta un autre maitre du nom de Bai Yu Feng 白玉峰 qui lui enseigna des techniques ancestrales.

De retour au temple Shaolin Jue Yuan 觉远 prit conscience du niveau exceptionnel de ces deux maitres et décida de les inviter au temple Shaolin afin d’améliorer les techniques martiales. Li Sou 李叟 et Bai Yu Feng 白玉峰 acceptèrent et vinrent au temple. Bai Yu Feng 白玉峰 créa ainsi la boxe des 5 animaux et avec l’aide de Li Sou 李叟 et Jue Yuan 觉远 développèrent les techniques du temple Shaolin et créant, en autre, le tong bi quan de Shaolin sur la base de la boxe du singe (Hou Quan) et de la boxe Hong (Hong Quan).

Explication du nom:
Lors de ma formation au temple de Da Fa Wang 大法王寺, mon entraîneur m’a dit que le style s’appelle Tong Bi Quan. Il m’a expliqué que ce style est le seul style imitatif (Xiang Xing Quan象形拳) qui n’a pas de mouvement « imitatif » à proprement parlé. Il s’inspire de l’esprit et des techniques de bras du singe. Le nom est composé de Tong « 通 » qui, dans ce cas, est utilisé comme adjectif comme l’expression chinoise Tong Tong « 通通 »  et qui signifie « tout entier », « complètement », « totalement ». Le caractère Bi « 臂 », lui, veut dire « bras ». Ce caractère peut être également prononcé Bei dans certaines campagnes chinoises (mais ce prononce Bi en mandarin « officiel »). Nous pouvons donc traduire le style par « la boxe qui utilise totalement les bras ». Le nom prend donc tout son sens lorsque l’on sait qu’il fut créé sur la base des mouvements des bras du singe.
A Shaolin, le style est également nommé « Tong Bi Xing Hou Quan通臂形猴拳 » qui peut se traduire par « la boxe qui utilise totalement les bras du Singe ».

Dans le style actuel pratiqué à Shaolin, nous pouvons le séparer en 2 : celui du pavillon du Nord et celui du pavillon du Sud (Nan Yuan 南院).

L’ancien abbé de Shaolin, Shi Su Xi (释素喜), était expert dans ce style et un des seules à connaître le style du pavillon du Sud. Après avoir transmis son savoir à plusieurs de ces disciples on peut retrouver le style Tong Bi du sud dans quasiment toutes les écoles de DengFeng.

Dans chaque style, les formes sont classées de deux manières : petite (Xiao 小) et grande (Da 大). Et dans chaque classification, il existe plusieurs formes: forme 1(Yi Lu 一路), forme 2 (Er Lu 二路), etc

Schéma récapitulatif :
-Style du Nord Tong Bi Quan (少林通臂拳):
=> Forme Xiao Tong Bi Quan (少林小通臂拳)
-> Yi Lu Xiao Tong Bi Quan (一路小通臂拳)
-> Er Lu Xiao Tong Bi Quan (二路小通臂拳)
-> etc
=> Forme Da Tong Bi Quan (少林大通臂拳)
-> Yi Lu Da Tong Bi Quan (一路大通臂拳)
-> Er Lu Da Tong Bi Quan (二路大通臂拳)
-> etc

-Style du Sud Nan Yuan Tong Bi Quan (少林南院通臂拳):
=> Forme Nan Yuan Xiao Tong Bi Quan (少林南院小通臂拳)
-> Yi Lu Nan Yuan Xiao Tong Bi Quan (一路南院小通臂拳)
-> Er Lu Nan Yuan Xiao Tong Bi Quan (二路南院小通臂拳)
-> etc
=> Forme Nan Yuan Da Tong Bi Quan (少林南院大通臂拳)
-> Yi Lu Nan Yuan Da Tong Bi Quan (一路南院大通臂拳)
-> Er Lu Nan Yuan Da Tong Bi Quan (二路南院大通臂拳)
-> etc

La première forme Xiao Tong Bi Quan (少林一路小通臂拳) par le maitre Shi Yan Xv:

Les 3 formes Xiao Tong Bi Quan par le maitre Shi De Yang:

La première forme Da Tong Bi Quan par le maitre Shi De Cheng:

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Luohan Shi Ba Shou – Le style des 18 mains de Luohan de Shaolin 少林罗汉十八手

Shaolin Luohan Shi Ba Shou 少林罗汉十八手 Les 18 mains de Luohan de Shaolin

D’après les manuscrits de Shaolin « shaolin quan pu 少林拳谱 », le style des 18 mains de Luohan est l’ancêtre des boxes de Shaolin. Son origine n’est pas très clair. La légende dit qu’il a été créé pour contrer les pilleurs du Temple, très nombreux à l’époque. Il possédait 18 techniques.


Jusqu’à la dynastie Tang  唐朝 (618-907), les 18 techniques des 18 mains de luohan ont été améliorées pour atteindre 36 techniques.

Dans les dynasties Jin 金朝 et Yuan 元朝 (1115 – 1368), le moine Jue Yuan invita Li Sou, et Bai Yu Fen 白玉峰 au Temple Shaolin. Avec l’aide de ces 2 maitres, Jue Yuan développa le style de 36 techniques à 173 techniques, l’aidant a créer la boxe des 5 animaux.

Dans la dynastie Ming 明朝 (1368 – 1644), la culture bouddhiste chinoise évolua, les icones bouddhistes (Luohan) passèrent de 16 à 18, motivant ainsi les moines à développer le style pour atteindre 18 taolus.

Son style est tranchant, puissant et précis. Ses mouvements rapides ne laissent pas de répit à l’adversaire. Comme le dit un grimoire de Shaolin ( Quan pu ge – le chant du style) :

 少林罗汉十八手, 天下功夫弟一路
十八手有十八势,  招招神威鬼神愁

Traduction:
少林罗汉十八手,
« Shao lin luo han shi ba shou »

天 下 功 夫 弟 一 路
« Tian xia gong fu di yi lu »
la première forme sous le ciel

十八手有十八势
« Shi ba shou you shi ba shi »
les taolus “shi ba shou” (du style) ont 18 techniques

招招神威鬼神愁
« Zhao zhao shen wei gui shen chou »
Chacune renverse les divins et les diables

Ce style est composé au total de 18 taolus, chaque taolu est composé de 18 techniques, donnant un total de 324 techniques.

Chaque forme a sa particularité et un travail bien spécifique.

Il ne reste aujourd’hui que 9 taolus, les 9 autres ont été perdus.

Ce style se base sur des mouvements spécifiques de jambes, de marches, de sauts, de travail au sol avec des prises caractéristiques des mains. La variété des prises renforce les mains, les poignets et les bras.

La forme la plus connue et la plus répandue du style est la 9ème 九路罗汉十八手.

Nous voyons également depuis quelques années de plus en plus la première forme du style  一路罗汉十八手

Une vidéo de la 8ème forme est également disponible (connue sous le nom de Xian Tian Luo Han Shi Ba Shou 先天罗汉十八手)

Malgré tout, l’accès à l’ensemble du style reste assez confidentiel.

* Luohan (ou arhat en sanscrit) signifie « méritant » ou « vénérable », il désigne à l’origine les disciples du Bouddha et par extension tout personnage garant et protecteur de la Loi.

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Shao Huo Gun – le bâton enflammé de Shaolin 少林烧火棍

Shaolin Shao Huo Gun 少林烧火棍 le bâton enflammé de Shaolin.

Shi Heng Jun 释恒君 au bâton 棍术

La légende dit que le bâton enflammé de Shaolin (Shaolin Shao Huo Gun 少林烧火棍) a été créée par le maitre Jin Na Luo 紧那罗 à la fin de la dynastie Yuan 元朝(yuan cháo 1260-1368).
Le nom Shao Huo 烧火 fait référence à l’intervention de Jin Na Luo face à l’armée des turbans rouges 红巾军 (hong jīn jūn) avec un bâton enflammé.

Cette forme de bâton était composée à l’origine de 19 techniques, transmises de génération jusqu’à la période des Ming 明朝 (Ming cháo 1368 – 1644).
Elle fut ensuite améliorée par le maitre Zhi Shan 智善 qui a ajouté des mouvements pour atteindre 25 techniques.
Puis le moine Zhan Qing 湛清 l’a également complété  pour atteindre 39 techniques.
Enfin le maitre Yong Xiang 永祥 le perfectionna en 62 techniques.

Le « caractère » de cette boxe est :
« 身隨手意
le corps suit la main,
棍隨手出、
le bâton suit la main,
或打或劈、
soit frapper soit trancher,
運用自如’
l’utilisation est naturelle,
或根或梢’觸之即打,
soit utiliser la racine du bâton soit sa tète,
打則猛疾。
quand vous touchez, vous frappez avec toute la puissance et très vite.
進法多以戳、刺、攔打亦使棍根,
les techniques d’attaque sont  enfoncer (chuo 戳), piquer (ci 刺)  et bloquer (lan 攔) en utilisant la racine du bâton (gun gen 棍根) ,
打上亦以棍根,
frapper le dessus en utilisant la racine du bâton (gun gen 棍根),
卧地多以掃打,
au sol, il faut utiliser les balayages avec le bâton,
视足多以
捣擊
lorsque vous voyez les pieds (de l’adversaire), il faut pilonner/broyer (dao ji 捣擊)  avec le bâton,
躍騰夾雜呵聲、此乃一呵三分力。
lorsque vous bondissez il faut utiliser le son « he » 呵 , en l’utilisant la force triple.

Le bâton enflammé de Shaolin (Shaolin Shao Huo Gun 少林烧火棍) était très connu dans la période Qing 清朝 de ( qīng cháo 1644 – 1912). La légende dit que tout le monde le connaissait, des jeunes aux personnes âgées, des personnes en bonne santé aux infirmes,  tous l’avait appris.
Il était connu sous sa forme des 25 techniques du maitre Zhi Shan 智善.

La technique de l'enfant salue Bouddha 童子拜佛
La technique de l’enfant salue Bouddha 童子拜佛

Le traité traditionnel du bâton enflammé de Shaolin (Shaolin Shao Huo Gun 少林烧火棍歌诀)

烧火棍法那那传, 二十五招镇嵩山。
出手韦驮献杵势, 菩萨面前合十参。
仙人指路中平剌, 立马挡敌架山峦。
凤凰点头伤足趾, 马步压棍不可软。
金鸡独立避毒蛇, 左右压杵打两边。
回头劈棍反慧枪, 乌龙腾搅起云烟。
弓步压杵似钻劲, 单叉甩镖棱穿山。
猿猴背棍探妖像, 左右降妖凤双屐。
大仙摆脚起旋风, 火神搅诲烧红夭。
单叉劈砸卧牛石, 老龙探海归宫源。
翻云扫雾采天日, 老虎探腰扑人面。
横扫千军一棍势, 左右单叉打两边。
偷施单叉扫落叶, 童子拜佛站佛前。
韦驮合十拜观音, 霸王降旗搬师还。
招招势势层层秘, 烧火棍法乃真言。

Traduction:
烧火棍法那那传, 二十五招镇嵩山。
Les techniques de Shao Huo Gun ont été transmises par Na Na 那那 (Jin Na Luo),
二十五招镇嵩山。

Les 25 techniques font trembler le mont Song.
出手韦驮献杵势,

Sortir les mains pour faire la technique Wei Tuo 韦驮 offre le baton de fer,
菩萨面前合十参。
Pu Sa 菩萨 (Bouddha) réunie ses mains en forme de croix devant le visage.
仙人指路中平剌,

L’immortel indique le chemin (à la hauteur du) milieu, (le poing) plat (pour) tuer,
立马挡敌架山峦。

Se dresser pour se protéger de l’adversaire et parer les montagnes.
凤凰点头伤足趾,

Le phénix pointe avec la tête pour blesser les orteils,
马步压棍不可软。

Presser le bâton en ma bu, ne pas être mou.
金鸡独立避毒蛇,

Le coq d’or se tient sur une patte pour éviter le poison du serpent,
左右压杵打两边。

Presser le bâton de fer à gauche et à droite pour frapper des deux côtés.
回头劈棍反慧枪,

Tourner la tête et fendre avec le bâton pour s’opposer à la perspicacité de la lance,
乌龙腾搅起云烟。

Le dragon noir s’entrelace et s’élève comme un nuage de fumée.
弓步压杵似钻劲,

Presser le bâton en gong bu comme pour percer avec force,
单叉甩镖棱穿山。

Simple fourche (Dan Cha 单叉 nom traditionnel pour la position Pu Bu) et balancer son dard sur le bord pour percer la montagne.
猿猴背棍探妖像,

Le singe avec le bâton dans le dos explore le démon,
左右降妖凤双屐。

Maitriser à gauche et à droite le démon, le phénix fait une double frappe.
大仙摆脚起旋风,

Le grand immortel balance son pied et génère un tourbillon,
火神搅诲烧红夭。

L’esprit de feu  remue le bâton embrasé.
单叉劈砸卧牛石,

Simple fourche (Dan Cha 单叉 nom traditionnel pour la position Pu Bu) fend et pilonne le bœuf allongé sur une pierre,
老龙探海归宫源。

Le vieux dragon explore la mer et rentre dans le palais de la source.
翻云扫雾采天日,

Retourner le nuage, balayer le brouillard et cueillir le ciel et le soleil,
老虎探腰扑人面。

Le vieux tigre explore les reins et bondi sur le visage.
横扫千军一棍势,

Balayer brutalement milles armées en un coup de bâton,
左右单叉打两边。

Simple fourche (Dan Cha 单叉 nom traditionnel pour la position Pu Bu) à gauche et à droite pour frapper des deux côtés.
偷施单叉扫落叶,

Subtiliser, (utiliser) la simple fourche (Dan Cha 单叉 nom traditionnel pour la position Pu Bu), balayer les feuilles,
童子拜佛站佛前。

L’enfant salue et se tient debout devant Bouddha.
韦驮合十拜观音,

Wei Tuo 韦驮 réunie les mains en forme de croix et salue Guan Yin 观音,
霸王降旗搬师还。

Ba Wang 霸王 (le tiran) se soumet et remue le drapeau face au maitre.
招招势势层层秘,

Chaque mouvement est un secret,
烧火棍法乃真言。

Les techniques de Shao Huo Gun sont vraiment dites.

Le nom des techniques:
*Wei Tuo 韦驮 est un bodhisattva Mahayana considéré comme un gardien dévoué des monastères bouddhistes.

**Lu Ban 鲁班 est un charpentier, architecte et stratège chinois, contemporain du philosophe Mozi, au temps des Royaumes combattants.

***Zhong Kui 钟馗 est un exorciste légendaire originaire de Chine.

****Ba Jie 八戒 est un cochon anthropomorphe, personnage de la mythologie chinoise décrit dans le roman La Pérégrination vers l’Ouest.

*****Nuo Nuo 挪挪  diminutif pour désigner Jin Na Luo 紧那罗.  Certains anciens à Shaolin l’appellent Nuo Nuo Ye 挪挪爷 (grand père Nuo Nuo).

Shaolin Shao Huo Gun exécuté par le maitre Shi De Yang 释德扬法师:

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Mei Hua Quan – la boxe de la fleur de prunier 少林梅花拳

Origine:

D’après les manuscrits de Shaolin (Shaolin Quan Pu 少林拳谱), durant la dynastie Song 宋朝 (Sòng cháo 960 – 1279), un disciple du grand maitre Fu Ju 福居 dénommé Jue 覺 pratiquait un jour d’hiver la boxe Luohan Shi Ba Shou罗汉十八手. Après un entrainement dur, il était épuisé mais très peu de sueur tomba au sol, son maitre Fu Ju 福居 lui dit alors qu’il était comme la fleur de prunier.

Jue覺 se précipita immédiatement à l’extérieur du monastère et se tenu immobile sous un prunier en l’observant, essayant de comprendre les paroles de son maitre. Comme il n’était pas très couvert suite à la séance d’entrainement, il commença à se refroidir et arrêta d’observer l’arbre et a commencé à s’entrainer en dessous.  Il pratiqua des parties des formes qu’il connaissait et ceux séparément. Il revint régulièrement sous l’arbre (le prunier) après les entrainements au monastère pour exécuter des morceaux des boxes qu’il connaissait en espérant toujours comprendre les paroles de son maitre. Petit à petit il créa sa propre boxe.

Un jour, un de ses camarades l’a vu pratiquer à proximité du prunier. Impressionné, il lui demanda le nom de la boxe qu’il pratiquait. Jue 覺 s’arrêta et regarda son camarade de classe surpris. Comme il ne savait pas quoi lui dire, il regarda autour de lui, sourit, et dit que le nom de la boxe qu’il pratiquait était la boxe de la fleur de prunier (Mei Hua Quan 梅花拳)

Développement:

La grande boxe de la fleur de prunier (Da Mei Hua Quan 大梅花拳) a été créée à la fin de la dynastie Qing 清 par le grand maitre Shi Heng Lin 释恒林 sur la base de la petite boxe de la fleur de prunier (Xiao Mei Hua Quan 小梅花拳) créée par Jue覺. Il ajouta des techniques en combinant l’attaque et la défense. Au total il y a 54 techniques, 25 techniques de plus que la petite boxe de la fleur de prunier (Xiao Mei Hua Quan 小梅花拳).

Les particularités de la boxe sont :
– des grands déplacements
– des gestes détendues et larges
– des techniques de jambes complètes
– un rythme dense
– des esquives sphériques
– une attaque puissante
– des ouvertures et fermetures fréquentes.

Les attaques sont également des défenses. C’est une forme très utile dans le combat réel.

La formule de la boxe :

歌诀:
梅花拳源覺大師,在早定名小梅花。
二十九式旋乾坤,獨樹一幟赛臘梅。
延至清凉恒大師,磨出五十四把式。
起勢偷步雙開門,剪逼白鶴展雙翼。
仿似鷄豹虎鹤猿,騰竄撲躍仿梅葉。
大梅花拳五四式,赴湯蹈火膽不怯。

Traduction :
La boxe de la fleur de prunier (Mei Hua Quan 梅花拳) vient du grand maitre Jue覺, au début s’appelait La petite fleur de prunier (Xiao Mei Hua 小梅花).
29 techniques (font) tournoyer l’univers, se distinguent par le prunier.
Depuis les Qing 清 le grand maître Heng 恒, a affuté (la boxe pour) sortir 54 techniques.
La technique de départ (qi shi 起勢) est le pas furtif (tou bu 偷步) (avec) double ouverture de la porte (shuang kai men雙開門), ciseler (en utilisant la technique) la grue blanche déploie ses ailes.
Imite le coq (ji 鷄), le léopard (bao 豹), le tigre (hu 虎), la grue (he 鹤) et le singe (yuan 猿), bondir (teng騰), fuir (can竄), se jeter (pu撲), sauter (yue躍) comme la feuille de prunier.
La grande boxe de la fleur de prunier (大梅花拳) (a) 54 techniques, courir mille dangers avec courage.

Nom des techniques:

  1. 双开门shuāng kāimén : double ouverture de la porte
  2. 里颇脚lǐ pō jiǎo (ou 挂耳捶guà ěr chuí): coup de pied
  3. 左一捶zuǒ yī chuí : coup poing gauche
  4. 双推掌shuāng tuī zhǎng : double pousser des paumes
  5. 猛虎出洞měng hǔ chū dòng : le tigre féroce jaillissant de la grotte
  6. 抱拳束身bào quán shù shēn: tenir les poings en contractant le corps
  7. 跳步单叉tiào bù dān chá : pas sauté en position Pu Bu
  8. 鹞子钻林yào zǐ zuàn lín : le jeune busard traverse la forêt
  9. 弹踢一捶tán tī yī chuí : coup de pied fouetté, coup de poing
  10. 打虎势dá hǔ shì : frapper le tigre puissant
  11. 转身单叉zhuǎnshēn dān chá : se retourner en position Pu Bu
  12. 弓步一捶gōng bù yī chuí : coup de poing en gongbu
  13. 弹踢一捶tán tī yī chuí : coup de pied fouetté, coup de poing
  14. 弓步一捶gōng bù yī chuí : coup de poing en gongbu
  15. 连步一捶lián bù yī chuí : pas enchaîné coup de poing
  16. 连步一捶lián bù yī chuí : pas enchaîné coup de poing
  17. 腾空摆莲téng kòng bǎi lián : coup de pied sauté vers l’extérieur
  18. 束身跨虎shù shēn kuà hǔ: Enjamber le tigre
  19. 跳步单叉tiào bù dān chá: pas sauté en position Pu Bu
  20. 弓步一捶gōng bù yī chuí : coup de poing en gongbu
  21. 劈拳踢腿pǐ quán tī tuǐ: coup de poing marteau avec coup de pied
  22. 小开门xiǎo kāimén : petite ouverture de la porte
  23. 转身掠手zhuǎnshēn luè shǒu : se retourner et parer
  24. 林中摘果lín zhōng zhāi guǒ: cueillir le fruit au milieu de la forêt
  25. 上步卧枕shàng bù wò zhěn : avancer s’allonger sur l’oreiller
  26. 独立推掌dúlì tuī zhǎng : lever le genou, pousser la paume
  27. 海底炮hǎidǐ pào : le canon au fond de la mer
  28. 连步一捶lián bù yī chuí : pas enchaîné, coup de poing
  29. 连步一捶lián bù yī chuí : pas enchaîné, coup de poing
  30. 转身掠手zhuǎnshēn luè shǒu : se retourner, coup du revers de la main
  31. 后扫堂hòu sào táng : balayage arrière
  32. 双碰腿shuāng pèng tuǐ : heurter les deux jambes
  33. 连三掌lián sān zhǎng : enchaîner trois paumes
  34. 风腿fēng tuǐ : coup de pied tourbillon
  35. 回头望月huítóu wàng yuè : se retourner pour regarder la lune
  36. 二起脚èr qǐ jiǎo : coup de pied ciseau
  37. 白鹤亮翅báihè liàng chì : la grue blanche déploie ses ailes
  38. 跳步束身tiào bù shù shēn
  39. 后蹬腿hòu dèng tuǐ: coup de pied arrière avec le talon
  40. 猛虎出洞měng hǔ chū dòng : le tigre féroce jaillissant de sa grotte
  41. 垫步拐肘diàn bù guǎi zhǒu: coup de coude
  42. 转身扳捶zhuǎnshēn bān chuí: se retourner en donnant un coup de poing
  43. 左架马步一捶zuǒ jià mǎ bù yī chuí : soutenir à gauche, coup de poing en mabu
  44. 右架马步一捶yòu jià mǎ bù yī chuí: soutenir à droite, coup de poing en mabu
  45. 左架马步一捶zuǒ jià mǎ bù yī chuí: soutenir à gauche, coup de poing en mabu
  46. 转身马步撑掌zhuǎnshēn mǎ bù chēng zhǎng: tourner le corps, coup de paumes en position Ma Bu
  47. 海底炮hǎidǐ pào: le canon au fond de la mer
  48. 冲天炮chōng tiān pào: le canon fusant vers le ciel
  49. 弓步卧枕gōng bù wò zhěn: s’allonger sur l’oreiller
  50. 前扫堂qián sào táng : balayage avant
  51. 丁步亮掌dīng bù liàng zhǎng: coup de paumes en position Ding Bu
  52. 猛虎跳涧měng hǔ tiào jiàn: le tigre féroce saute au dessus du ravin
  53. 马步一捶mǎ bù yī chuí : coup de poing en mabu
  54. 舞花坐山wǔ huā zuò shān: s’asseoir sur la montagne en faisant danser les fleurs.

Vidéo de Xiao Mei Hua Quan 小梅花拳:

Vidéo de Da Mei Hua Quan 大梅花拳:

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Qi Xing Quan – la boxe de la grande Ours de Shaolin 少林七星拳

Shaolin Qi Xing Quan 少林七星拳, la boxe des 7 étoiles ou la boxe de la grande ours, est maintenant une des boxes les plus populaires et des plus répandues dans la région du temple Shaolin.

Elle fait partie du style Qi Xing (七星门) de Shaolin et a un lien très proche avec la boxe Chang Hu Xin Yi Men Quan (长护心意门拳), on dit qu’elles ont une relation comme « mère » et « fille ». Ces deux boxes ont des positions très atypiques, qui ne sont utilisées dans aucune autre boxe de shaolin.

Position atypique de Qi Xing Quan
Position atypique de Qi Xing Quan

Nous ne connaissons pas vraiment l’origine du nom de cette boxe. Il y a plusieurs explications:

  1. Le nom Qi Xing (七星) proviendrait de l’utilisation des 7 « armes naturelles » du corps humain que les chinois appellent les 7 étoiles: la tête, les épaules, les coudes, les mains, les hanches, les genoux et les pieds. L’utilisation de ces 7 armes dans ce style aurait été compilée dans la boxe Qi Xing (七星) .
  2. Les boxes de Shaolin s’exécutent normalement sur une ligne droite (en aller retour). Qi Xing Quan, à l’inverse des autres boxes, s’exécute en « croix », les déplacements couvrent les 4 points cardinaux et représenterait la constellation de la grande ours d’où le nom Qi Xing (七星).
  3. Enfin, et c’est celle qui me semble être la plus convaincante, la boxe s’appelait à l’origine Ji Xing Quan 鸡形拳, la boxe du coq. En effet le style Qi Xing (七星门) de Shaolin s’appelle également le style Xin Yi (心意门). Le style Xin Yi fut créé par Ji Ji Ke 姬際可 (aka Ji Long Feng 姬龍峰) et une partie du style fut basée sur les techniques de coq. Lorsque l’on regarde en détail la boxe des 7 étoiles, on peut voir que la forme des mains est celle des griffes de coq (Ji Zhua 鸡爪), et qu’elle possède des déplacements et techniques du coq (Ji Xing Bu 鸡行步). La prononciation des noms en chinois sont très proches entre « Ji Xing » et « Qi Xing ». Cela nous laissent penser qu’au fur et à mesure des siècles, le nom s’est transformé de « Ji Xing » à « Qi Xing ». Les chinois étant admiratifs du ciel, tout laisse donc croire à cette transformation.

La boxe des 7 étoiles fut également mis en avant au grand public par le film « Xin Shaolin Si » 新少林寺:

Les déplacements de la boxe sont comme celui d’un chat, la marche comme le tigre. Les actions et les positions sont constituées par sa forme unique des positions et des déplacements.

少林七星拳歌诀
步如鸡形头似猿,身似蛟龙意在天,
藏有千斤有余力,借力还打一瞬间,
卧牛之地展身手,精巧敏捷七星拳。

少林七星拳歌诀
Le traité de la boxe ShaoLin QiXingQuan :

步如鸡形头似猿,
Les déplacements sont comme la forme du coq, la tête comme le singe,
身似蛟龙意在天,
Le corps est comme le dragon, l’intention est au ciel,
藏有千斤有余力,
Le trésor a mille livres (avoir beaucoup de puissance) (mais) a du surplus de force (mais en garder toujours un peu en réserve),
借力还打一瞬间,
Utiliser la force (de l’adversaire) pour l’attaquer en un clin d’œil,
卧牛之地展身手,
Exposer le corps et les mains (s’entrainer) (dans l’espace) d’un bœuf allongé sur le sol (un petit espace de pratique),
精巧敏捷七星拳。
La boxe des 7 étoiles (Qi Xing Quan 七星拳) est ingénieuse et agile.

Qi Xing Quan
Qi Xing Quan

少林七星拳歌诀
少林七星拳,掌行袭五瓣。
招式技法奇,也走一条线。
亦有十字路,四方应其变。
花爪制人妙,鸡行步法连。
纵横连八法,千阵破万关。
上中下地锤,躺脚扫百川。
更有金骨肘,亦可冲破天。
遇强束身溜,鹞子巧翻山。
灵机施地炮,飞脚如电闪。
崩挑推神掌,天中隐有天。

少林七星拳,掌行袭五瓣。
La boxe des 7 étoiles de Shaolin, la forme de la paume est composée de 5 pétales.
招式技法奇,也走一条线。
Les techniques sont habiles et extraordinaires, se pratiquent sur une ligne.
亦有十字路,四方应其变。
Mais également en forme de croix, réagit au changement venant des 4 directions.
花爪制人妙,鸡行步法连。
La forme des griffes (permet) de contrôler merveilleusement l’adversaire, les techniques de déplacements de la forme du coq s’enchainent.
纵横连八法,千阵破万关。
Longueur et largeur joint aux 8 méthodes,
1000 fronts (défenses) détruiront les 10 000 passages (attaques). (avoir une défense impénétrable)

上中下地锤,躺脚扫百川。
Le haut, le milieu, le bas, le sol (sont) martelés, les pieds allongés (tang jiao 躺脚) balayent les 100 fleuves (ennemis).
更有金骨肘,亦可冲破天。
L’ossature d’or du coude permet de se frayer un passage dans le ciel
遇强束身溜,鹞子巧翻山。
Rencontre puissante (utiliser la technique) contracter le corps (shu shen 束身) pour esquiver, le busard habile renverse la montagne.
灵机施地炮,飞脚如电闪。
C’est intelligent d’utiliser la technique Di Pao 地炮, coup de pied volant (Fei jiao 飞脚) comme l’éclair.
崩挑推神掌,天中隐有天。
Les (techniques) de paumes merveilleuses, éclater (beng 崩), lever (tiao挑), pousser (tui 推), au milieu du ciel se cache un autre ciel (une technique peut en cacher une autre).

© Copyright Shaolin Nantes.

Les 24 points sensibles du kungfu Shaolin 少林擒拿24穴

L’étude des points sensibles font partie intégrante du Qin Na 擒拿. Il existe de nombreux points sensibles dans le corps humains qui permettent de mettre fin rapidement au combat.

Maitre Shi Heng Jun enseignant le Dian Xue 点穴
Maitre Shi Heng Jun enseignant le Dian Xue 点穴

Dans le kungfu Shaolin, il existe de nombreuses bibliothèques des points sensibles (24 points, 72 points, 100 points, etc). Cet article vous présente les 24 points 少林擒拿24穴.

Ce sont les premiers que nous devons apprendre dans le kungfu Shaolin (voir aussi Les 8 frappes autorisées et les 8 frappes interdites). C’est la base avant d’étudier les autres bibliothèques.

Comme toujours les maitres ont écrits des formules pour retenir et transmettre ces techniques. Ci-dessous celle des 24 points de l’art des Qin Na 擒拿 de Shaolin少林.

少林擒拿24穴歌诀

少林擒拿威天下,二十四穴妙在把;
太阳倒地天突哑,天柱溅血廉泉杀;
肩井散架臂臑瘫,脚踢三里胫骨下;
曲池曲泽臂脱肘,少海残肢阳池拿;
手掌失协取阳谷,击破期门粪便拉;
弹击血海面朝天,肝裂章门染碧霞;
公孙筑宾胫骨断,委中巨骨敌跪趴;
风底涌泉弹三丈,脉腕精促凤尾甲。

Traduction:
La formule des 24 points des Qin Na de Shaolin

少林擒拿威天下,
Les prestigieuses techniques de Qin Na de Shaolin,
二十四穴妙在把;
Les 24 merveilleux points sont dans la saisie/poigne (Ba 把) ;
太阳倒地天突哑,
Le point Tai Yang 太阳 (la tempe) (fait) s’effondrer (l’ennemi) au sol, le point Tian Tu 天突 (le ciel proéminent) (rend) muet,
天柱溅血廉泉杀;
Le point Tian Zhu 天柱(la colonne céleste) (fait) jaillir le sang, le point Lian Quan 廉泉 (la source intègre) (permet de) tuer ;
肩井散架臂臑瘫,
Le point Jian Jing 肩井 (le puit de l’épaule) (permet) de disloquer la charpente, le point Bi Nao 臂臑 (biceps) (permet de) paralyser,
脚踢三里胫骨下;
Le pied frappe le point San Li 三里 (les 3 villages) sous le tibia ;
曲池曲泽臂脱肘,
Les points Qu Chi 曲池 (le bassin courbé) et Qu Ze 曲泽  (le marais courbé)(permettent) de détacher le coude du bras,
少海残肢阳池拿;
Le point Shao Hai 少海 (la jeune mer) (permet) d’handicaper les membres, le point Yang Chi 阳池 (le bassin du Yang) (permet) de capturer ;
手掌失协取阳谷
Le tranchant de la main (permet) de prendre le point Yang Gu 阳谷 (la vallé du Yang),
击破期门粪便拉;
Détruire le point Qi Men 期门 (la porte du temps) et les selles sortiront ;
弹击血海面朝天,
Frapper avec élasticité le point Xie Hai 血海 (la mer de sang) (permet) l’évanouissement,
肝裂章门染碧霞;
Crever le foie (et) le point Zhang Men 章门 (la porte de la médaille) se colorera d’un nuage empourpré d’Emeraude (bleu-vert) ;
公孙筑宾胫骨断,
Les points Gong Sun 公孙 (le petit fils) et Zhu Bin 筑宾 (permettent) de briser le tibia
委中巨骨敌跪趴;
Le point Wei Zhong 委中 (le centre de la souffrance) et le point Ju Gu 巨骨 (l’os géant) et l’ennemi s’agenouille (puis) s’effondre à plat ventre ;
风底涌泉弹三丈,
Le point Feng Di 风底 (le vent du bas) et le point Yong Quan 涌泉 (la source jaillissante) font bondir (l’adversaire) à 3 Zhang 丈 (unités de mesure de 3.3m);
脉腕精促凤尾甲。
Le point Mai Wan 脉腕 (le pouls du poignet), le point Jing Cu 精促 (presser le Jing (les parties génitales)) et le point Feng Wei 凤尾 (la queue du phénix) (sont) les meilleurs.

Une autre formule (plus récente) sur les 24 points:

擒拿二十四穴歌

二十四穴法,妙在拿婹把。
一法打太阳,拳菿倒地下;
二通天突穴,锁喉致昏哑;
三击天柱处,七窍溅血花;
四打廉泉穴,绝气一命休;
五法打肩井,体身可化零;
六法拿臂臑,卸胛体瘫倒;
七法踢三里,胫骨两节断;
八法拿曲池,脱肘失牵连;
九法拿曲泽,胳膊两节断;
十法拿少海,上肢可全残;
十一拿阳池,五指尽断然;
十二拿阳谷,手掌失协调;
十三破期门,肠翻漏粪便;
十四击章门,裂肝血渗染;
十五弹血海,暴客面朝天;
十六拿筑宾,胫骨三节断;
十七拿公孙,歹徒失根源;
十八拿委中,敌人跪下喊;
十九弹涌泉,送他三丈远;
二十寻风底,击中叫惨然;
二十一脉腕,拿擒能致残;
二十二巨骨,能擒英雄汉;
二十三凤尾,能开铁门拴;
二十四精促,虎将亦闭眼。

Traduction:

La formule des 24 cavités des Qin Na de Shaolin

二十四穴法,妙在拿婹把。
Les techniques des 24 points,
le merveilleux est dans la saisie Ba 把.
一法打太阳,拳菿倒地下;
La première méthode : frapper (le point) Tai Yang 太阳 (la tempe),
le poing fait s’effondrer (l’ennemi) au sol ;
二通天突穴,锁喉致昏哑;
La 2ème (méthode) traverser le point Tian Tu 天突 (le ciel proéminent) ,
(comme) la serrure de la gorge qui entraine la perte de connaissance et rend muet;
三击天柱处,七窍溅血花;

La 3ème (méthode) battre (le point) Tian Zhu 天柱 (la colonne céleste),
des 7 orifices jaillit du sang ;
四打廉泉穴,绝气一命休;
La 4ème (méthode) frapper (le point) Lian Quan 廉泉 (la source intègre),
couper l’air (et) une vie cesse ;
五法打肩井,体身可化零;
La 5ème méthode : frapper (le point) Jian Jing 肩井 (le puit de l’épaule),
(et) le corps se fractionne ;
六法拿臂臑,卸胛体瘫倒;
La 6ème méthode saisir (le point) Bi Nao 臂臑 (biceps),
démonter l’omoplate (et) le corps se paralysera ;
七法踢三里,胫骨两节断;
La 7ème méthode : donner un coup de pied (dans) (le point) San Li 三里 (les 3 villages),
le tibia se cassera en deux sections ;
八法拿曲池,脱肘失牵连;
La 8ème méthode saisir (le point) Qu Chi 曲池 (le bassin courbé),
ôter le coude pour compromettre l’accident ;
九法拿曲泽,胳膊两节断;
La 9ème méthode saisir (le point) Qu Ze 曲泽 (le marais courbé),
le bras se cassera en deux sections ;
十法拿少海,上肢可全残;
La 10ème méthode saisir (le point) Shao Hai 少海 (la jeune mer),
les membres supérieurs seront complètement invalides ;
十一拿阳池,五指尽断然;
La 11ème (méthode) saisir (le point) Yang Chi 阳池 (le bassin du Yang),
(avec) l’ensemble des cinq doigts ;
十二拿阳谷,手掌失协调;
La 12ème (méthode) saisir (le point) Yang Gu 阳谷 (la vallé du Yang),
(et) la main (de l’adversaire) perd sa coordination;
十三破期门,肠翻漏粪便;

La 13ème (méthode) détruire (le point) Qi Men 期门 (la porte du temps),
(et) l’instestin se retourne et évacue les selles;
十四击章门,裂肝血渗染;

La 14ème (méthode) battre (le point) Zhang Men 章门 (la porte de la médaille),
cela crevera le foie (et) le sang s’infiltrera (dans le corps) et le colorera;
十五弹血海,暴客面朝天;

La 15ème (méthode)  frappe élastique (dans)  (le point) Xie Hai 血海 (la mer de sang),
(et) l’adversaire violent s’évanouira;
十六拿筑宾,胫骨三节断;

La 16ème (méthode) saisir (le point) Zhu Bin 筑宾,
(et) le tibia se brisera en trois sections;

十七拿公孙,歹徒失根源;

La 17ème (méthode)  saisir (le point) Gong Sun 公孙 (le petit fils),
(et) le malfaiteur perdra ses racines;
十八拿委中,敌人跪下喊;

La 18ème (méthode) saisir (le point) Wei Zhong 委中 (le centre de la souffrance),
(et) l’ennemi s’agenouillera (et) criera (de souffrance);
十九弹涌泉,送他三丈远;

La 19ème (méthode) frappe élastique (dans) (le point) Yong Quan 涌泉 (la source jaillissante),
le fera s’éloigner de 3 Zhang 丈 (unité de mesure de 3.3m);
二十寻风底,击中叫惨然;

La 20ème (méthode) chercher (le point) Feng Di 风底 (le vent du bas),
frapper le centre (et il) hurlera naturellement;
二十一脉腕,拿擒能致残;

La 21ème (méthode) (le point) Mai Wan 脉腕(le pouls du poignet),
la saisie et le contrôle (Qin Na) peut rendre invalide ;
二十二巨骨,能擒英雄汉;
La 22ème (méthode) (le point) Ju Gu 巨骨 (l’os géant),
permet de capturer le puissant héros;
二十三凤尾,能开铁门拴;

La 23ème (méthode) (le point) Feng Wei 凤尾 (la queue du phénix),
permet d’ouvrir la porte de fer;
二十四精促,虎将亦闭眼。

La 24ème (méthode) (le point) Jing Cu 精促 (presser le Jing (les parties génitales)),
e
t même le tigre fermera les yeux.

 

© Copyright Shaolin Nantes.

L’art des clés – Qin Na 擒拿术

Le Qin Na 擒拿 est l’ensemble des techniques permettant de se dégager, de  saisir et de contrôler son ou ses adversaires. Le Qin Na 擒拿 est présent dans quasiment tous les styles des arts martiaux chinois et il serait à l’origine du Jiu Jitsu japonais.

Le Qin Na 擒拿 comporte une théorie très poussée qui en fait un système hautement efficace et adaptable à bien des arts martiaux. Il est souvent divisé en cinq catégories :

  1. Disjonction des muscles ou tendons: Fen Jin 分筋
  2. Dislocation articulaire: Cuo Gu 錯骨
  3. Strangulation respiratoire: Bi Qi 闭气
  4. Pression sur les veines et les artères: Dian Mai 点脈
  5. Pression sur les points: Dian Xue 点穴
Maitre Shi Heng Jun enseignant le Dian Xue 点穴
Maitre Shi Heng Jun enseignant le Dian Xue 点穴

Le Qin Na 擒拿 est la méthode « yin » 阴 dans le combat à l’opposé des percussions qui font partie de la méthode « yang » 阳.

Les mouvements en Qin Na 擒拿 sont toujours circulaires (xuan zhuan 谖转 ).
Le Qin Na 擒拿 fait appel à la théorie du Yin et du Yang 阴阳(forces opposées ex : tirer/pousser). La force est générée grâce aux torsions (ning 拧).

Une formule martiale bien connue présente le Qin Na:

歌 诀
短兵相接使擒拿,千斤可用四两化。
审清彼意与劲路,顺势打势巧力发。
生擒活捉狂暴客,巧用锁扣刁缠拿。
解脱擒拿不施逆,按势顺拧点击压。

Traduction:
短兵相接使擒拿,
Le combat au corps à corps utilise le Qin Na,
千斤可用四两化。
200 grammes (4 liang (4X50g)) peuvent venir à bout de mille livres (500kg).
审清彼意与劲路,
Examiner clairement l’intention de l’ennemi et le trajet de sa puissance,
顺势打势巧力发。
Profiter de l’avantage de la situation pour frapper puissamment  avec habileté.
生擒活捉狂暴客,
Saisir avec vivacité, capturer avec fureur  l’hôte violent,
巧用锁扣刁缠拿。
Si tu utilises intelligemment les techniques de verrouillage, ton adversaire ne pourra pas te saisir.
解脱擒拿不施逆,
Pour contrer une technique de Qin Na, il ne faut pas aller contre (il faut suivre la technique),
按势顺拧点击压。
Les techniques appuyer (An) 按, suivre (shun) 顺, tordre (ning) 拧, pointer (dian) 点, frapper (ji) 击, presser (ya) 压.

Les techniques de Qin Na 擒拿 sont efficaces seulement si une préparation physique spécifique a été faite. Cette préparation doit concerner les points suivants:

  • 指力 Zhi Li:
    Force des doigts. (La force est dans la pointe)
  • 腕力 Wan Li:
    Force des poignets.
  • 臂力 Bi Li:
    Force dans les bras. (dans les avants bras « xiao bi » 小臂  et dans les arrières bras  « da bi » 大臂)
  • 腰力 Yao Li:
    Force dans les lombaires.
  • 步 法 Bu Fa:
    Technique de déplacement
  • 速度 Su Du:
    La vitesse, rapidité.
Préparation physique au Qin Na
Préparation physique au Qin Na

En plus de la préparation physique il est également très important de s’entrainer à la stratégie, ce que les chinois appellent:

  • 心法 Xin Fa:
    Méthode du cœur (sous entendu de la ruse). C’est le point le plus important dans la pratique du QinNa.
    Ex :
    声东击西: faire du bruit à l’Est pour frapper à l’Ouest
    指上打下: montrer le haut pour frapper en bas

Le Maréchal  Yue Fei 岳飞 (un des héros chinois) a inventé une méthode d’entraînement afin de préparer le corps à l’utilisation des Qin Na 擒拿 qui comporte 12 techniques (ces techniques pourront être apprises lors d’un stage).

© Copyright Shaolin Nantes.

Présentation du Kung Fu 功夫

Mais au fait c’est quoi le Kung Fu ?

Une des premières questions posées, le Kung Fu qu’est-ce que c’est ?

Dans un premier temps, attardons-nous sur le terme « Kung Fu » 功夫. Ce mot fut popularisé par les films HongKongais et surtout par le célèbre Bruce Lee. Vous n’êtes pas sans savoir qu’en Chine la langue officielle est le mandarin. L’écriture chinoise est différente et il existe plusieurs façons de la transcrire dans notre alphabet. Celle retenue par la chine est le pinyin et le « KungFu » s’écrit en fait en pinyin « Gong Fu », 功夫. Pour ne pas compliquer et surtout ne pas « embrouiller » les occidentaux, l’orthographe « Kung Fu » a été conservée.

Boxe de Shaolin 少林拳
Boxe de Shaolin 少林拳

Mais alors c’est quoi ? Le Kung Fu veut littéralement dire « s’épanouïr à travers un travail dur ». Si nous détaillons les caractères :

功 Gong (ou Kung) : mérite ; habileté/adresse

夫 Fu : lettré ; maitre ; mari. En d’autres termes, un homme épanoui

Mais quel rapport avec les arts martiaux alors ?

Dans les milieux traditionnels des arts de combats, l’accent est mis sur l’effort, la répétition inlassable et sur la spécialisation. Un proverbe martial bien connu dit :

Crains celui qui pratique 10 000 fois une technique plutôt que celui qui pratique 1 fois 10 000 techniques.

Les maîtres aiment donc employer le terme de Kung Fu faisant clairement référence aux arts martiaux traditionnels chinois. En opposition au terme Wu Shu utilisé désormais pour définir le côté sportif de l’art martial chinois.

WuShu 武术 ? C’est quoi ça ?

Et bien WuShu veut littéralement dire Art Martial.

Le mot Wu 武 est composé de Zhi 止 (arrêter) et de Ge 戈 (hallebarde). Le Wu Shu serait donc l’art de stopper le combat et par extension l’art de la paix.
Certains sinologues remettent en question cette explication. En effet le mot Zhi 止 est, à l’origine, la représentation d’une trace de pas dans le sol et ferait donc référence dans le mot Wu 武 aux traces des soldats marchant avec leur hallebarde. Ce serait donc l’art de la guerre et non l’art de stopper le combat. A chacun de se faire son avis !

Mais le mot Wu Shu 武术 est aujourd’hui utilisé essentiellement pour qualifier le côté sportif. Aujourd’hui lorsqu’une personne dit qu’elle pratique le wushu, dans 95% des cas cela fait référence au sport. Le wushu sportif est composé de deux grandes parties : l’aspect combat avec le San Da 散打 (boxe pieds poings avec projection) et l’aspect technique avec le Tao Lu 道路. Ce dernier (Tao Lu) est lui-même décomposé en plusieurs épreuves : Chang Quan (boxe longue : synthèse des styles du nord de la Chine), Nan Quan (boxe du sud : comme son nom l’indique synthèse des boxes du sud de la Chine), Dui Lian (combat arrangé), Tai Ji Quan, etc.

Le wushu représente donc l’ensemble des arts martiaux et plus particulièrement les arts martiaux chinois.

Kung Fu ou Wu Shu, vous l’aurez compris, ça ne veut donc pas dire grand-chose ! Eh bien oui, les deux font référence aux arts martiaux chinois mais ne précisent pas lequel. C’est comme si vous dites que vous pratiquez un sport de ballon sans préciser que ce soit du football, du basket ball, du volley ball etc. Ah oui pour complexifier le tout, il existe des centaines de styles dans les arts martiaux chinois (certains parlent de + de 400 styles !) d’où l’importance de préciser ! Par exemple dans notre école nous pratiquons la boxe de Shaolin (Shaolin Quan 少林拳).

San Da 散打
San Da 散打
Wu Shu 武术 Qiang Shu 枪术

Ca va je ne vous ai pas perdu ? Pour résumer :
– Le terme Kung Fu est un terme générique, essentiellement utilisé pour les arts martiaux chinois traditionnels
– Le terme Wu Shu est également un terme générique, utilisé majoritairement pour les arts martiaux chinois sportifs
– Les 2 termes ci-dessus ne sont pas assez précis, il faut préciser le style pour les arts traditionnels ou la spécialisation pour les arts sportifs.

A noter qu’il existe une certaine « séparation » entre les deux (tradi et sportif). Il n’est pas rare que des maitres traditionnels dénigrent les pratiquants de Wu Shu (aspect sportif) et inversement les athlètes du Wu Shu dénigrant des pratiquants traditionnels. Chacun se distinguant en mettant en avant leurs propres arguments: le côté « martial » pour les un, le côté « performance » pour les autres, etc. Ce « conflit » se retrouve notamment dans les différents fédérations françaises des arts martiaux chinois. Espérons que dans un avenir proche ces conflits cessent.

© Copyright Shaolin Nantes.