Tous les articles par Shaolin Nantes

四梢齐 Sì shāo qí – l’unification des 4 extrémités

四梢齐 Sì shāo qí – l’unification des 4 extrémités

Lire la présentation du texte ici.

Nous allons donc expliquer le 2ème point essentiel de la boxe Shaolin d’après le texte.

二要动静四梢齐,心动挥气丹田生。
气摧身抖似龙虎,力气汇拢发怪声。

Traduction:
二要动静四梢齐,心动挥气丹田生。
Le second point est le suivant : autant pour le mouvement (dòng动) que pour le repos (jìng 静)(*), les quatre extrémités font de même ,
Le cœur/esprit se meut et dirige le souffle (sous entendu du centre aux quatre extrémités), celui-ci naît dans le champ de cinabre (dān tián丹田)(**).

气摧身抖似龙虎,力气汇拢发怪声。
Le souffle atteint son apogée et le corps vibre alors soudainement, pareil au dragon et au tigre(***) ,
La force et le souffle s’unissent tandis qu’un son étrange est émis.

(*) les deux termes constituent un couple d’antonymes récurrent – il « fait sens » ( ) avec le distique suivant.
(**) On comprend ici l’importance du passage mis en relief plus haut.
(***) Ce sont des distiques heptasyllabiques. En ce cas, la césure se place après le quatrième caractère. Il faut donc lire par exemple : 气摧身抖_似龙虎. Le second caractère qui peut signifier « détruire » signifie également en classique « parvenir à son apogée », ce qui paraît ici plus logique. A cela s’ajoute un petit parallélisme syntaxique. Enfin, le couple du dragon et du tigre provient, lui aussi, du Livre des mutations. Il correspond à la dyade fondamentale (resp. yang et yin) et renvoie, dans les pratiques alchimiques, au souffle et au mercure pour le premier, à l’essence et au plomb pour le second.

Commentaires:

Les anciens maîtres ont défini les extrémités du corps. Il s’agit de quatre « terminaisons externes », dont chacune est en relation avec un « élément interne » du corps:
发为血梢 : les cheveux sont l’extrémité (le prolongement) du sang
甲为筋梢 : les ongles sont l’extrémité (le prolongement) des tendons
牙为骨梢 : les dents sont l’extrémité (le prolongement) des os
舌为肉梢 : la langue est l’extrémité (le prolongement) de la chair

Tout comme les 3 sections, les 4 extrémités évoquées comme ça ne nous avancent pas trop.

D’après notre compréhension, les 4 extrémités font référence à l’intention, l’intention « corporelle ». L’intention guide l’influx nerveux dans tout le corps. Cet influx nerveux doit être dans tout le corps, dans toute sa globalité, du sang jusqu’aux cheveux, des tendons jusqu’aux ongles, des os jusqu’aux dents, de la chair jusqu’à la langue. Aucune partie du corps ne doit être oubliée. C’est ce procédé, cette impulsion nerveuse, directrice et spontanée, qui permet au corps, alors de plus en plus sensible, d’être mobilisé dans son entièreté. Elle doit remplir pleinement le corps. Elle ne doit être ni lisible, ni perçue par l’adversaire. C’est à cela que fait référence les 4 extrémités (il ne s’agit surtout pas de quelque chose de « mystique » ou d’incompréhensible).
Le mouvement (dòng 动) est géré par la quiétude (jìng 静). Il faut être calme et relâché « physiquement », mais « bander l’arc intérieur (kāi gōng 开弓) » (l’influx nerveux doit être à son apogée) et « remplir » tout le corps, toutes les sections (comme expliqué dans le précédent article 明三节 míng sān jié). Vient ensuite le geste extérieur le (« lâcher »  l’influx nerveux) qui est le prolongement du processus intérieur. S’en suit alors toute la mécanique corporelle, les 3 sections unifiées se meuvent soutenues par la structure (jie gou 結構). Comme le dit un adage bien connu dans arts martiaux traditionnel chinois:

神为主帅,身为躯使
L’Esprit (shen 神) ordonne, le corps (shen 身) exécute.

Certains maîtres expliquent aussi que l’intention corporelle se traduit par l’envie de pousser la langue contre le palais, que la mobilisation de l’ossature donne envie de serrer les dents, que la fluide circulation du sang déclenche la réactivé en donnant l’impression, à l’image d’un chat prêt à l’attaque, que les cheveux et les poils sont hérissés à la surface du corps, ainsi que la vibration des tendons, résultat de l’alternance de contractions et de relâchements, donne envie de serrer le sol avec les orteils et de planter, en serrant le poing, les ongles dans la paume des mains.
Ces sensations, résultat de l’intention, sont destinées à augmenter l’agressivité et le courage en réveillant une force humaine des plus « animale ». Ce sont ces sensations qui seraient, selon certains maîtres, à l’origine du choix de l’image des « 4 extrémités » pour définir l’intention.

Conclusion:

L’intention doit être incarnée dans l’ensemble du corps : par intention corporelle il faut comprendre une « mise sous tension » du système nerveux initiée par le cerveau/l’esprit (shen 神).
Les muscles doivent être relâchés pour permettre à l’influx nerveux de jaillir sans aucun temps de latence au moment opportun.
L’exemple le plus parlant selon nous serait : l’arc bandé et la flèche prête à partir.
La corde tendue représentant l’intention corporelle (« tension nerveuse »), et les muscles seraient la flèche (qui est comme en suspension, en attente de recevoir l’action de la corde).

© Copyright Shaolin Nantes.

明三节 míng sān jié – les 3 sections distinctes

明三节 míng sān jié – les 3 sections distinctes

Lire la présentation du texte ici.

Nous allons donc expliquer le 1 er point essentiel de la boxe Shaolin d’après le texte.

少林家传捶把秘,   山门以里十要诀。
一要详知明三节,身进脚手快如飞。
打人不见拳掌影,三节明则武技成。

Traduction:
少林家传捶把秘,   山门以里十要诀
Shaolin a transmis de génération en génération les Chui Ba 捶把 secrets,
D’après la porte de la montagne, il y a 10 formules importantes.

一要详知明三节,身进脚手快如飞。
Le 1er point important il faut connaitre précisément les 3 sections (Ming San Jie 明三节),
Le corps les pieds les mains sont rapides comme le vent.

打人不见拳掌影,三节明则武技成。
Attaquer sans montrer le poing, la paume et l’ombre (dissimuler la frappe, et dissimuler son intention de frappe),
Les 3 sections sont donc à l’origine de l’habilité martiale.

Commentaires:

Les anciens maîtres ont défini un découpage du corps de la façon suivante:
手肘为梢节 : les mains et les coudes sont la section à l’extrémité
腰腹为中节 : le ventre et les lombaires sont la section médiane
足腿为根节: les pieds et les jambes sont la section racine

Ces 3 sections peuvent elles aussi être sous divisées en 3 sections :
手为梢节之梢节 : les mains sont les extrémités de la section à l’extrémité
肘为梢节之中节 : les coudes sont la section médiane de la section à l’extrémité
肩为梢节之根节 : les épaules sont la section racine de la section à l’extrémité

胸为中节之梢节 : la poitrine est l’extrémité de la section médiane
心为中节之中节 : le cœur est la section médiane de la section médiane
丹田为中节之根节 : le Dan Tian est la section racine de la section médiane

足为根节之梢节 : les pieds sont les extrémités de la section racine
膝为根节之中节 : les genoux sont la section médiane de la section racine
胯为根节之根节 : les aines (kua) sont la section racine de la section racine

Ce découpage est intéressant mais a un intérêt uniquement s’il s’inscrit dans une dynamique. La dynamique définie par les anciens maîtres est la suivante :

梢节起
中节随
根节追

梢节起 : la section à l’extrémité se dresse 起 (déclenche)
中节随 : la section au centre suit 随
根节追 : la section à la racine poursuit 追

Il y a deux niveaux de lecture :

1/ Au niveau littéral

Le commentaire du texte donne la précision suivante :
解曰:起、随、追,劲法也,节名虽不一,而劲法则一也,盖通身之劲法如是,而各节之中节法亦如是。
起要起去,随要随定,追要追上,一动而三节皆至,则无弊矣。
« Se dresser (起), suivre (随) et poursuivre (追) relèvent de la méthode du jin (劲), l’énergie martiale. Bien que les noms des sections diffèrent, la méthode est une. Elle est celle par laquelle l’énergie martiale traverse le corps. Il en va de même pour la méthode de la section médiane de chacune des sections. Se dresser pour partir, suivre pour fixer et garder en ordre, poursuivre pour rattraper. À chaque impulsion, les trois sections arrivent ensemble. Ainsi ne peut-on subir de dommage ! »

Le plus important ne réside pas dans l’enchaînement des mouvements mais dans l’accomplissement de chaque impulsion / mouvement. C’est avant tout un travail de l’intention. Ici, la notion de suivre (随) doit fixer et garder en ordre (定). En d’autres termes, il s’agit de permettre la liaison ininterrompue entre la racine et le rameau de manière à préserver l’unité (shouyi 守一) pour préserver l’intention (shouyi 守意) intégralement sur l’ensemble du dispositif – l’homophonie, vous vous en doutez, n’est pas anodine ! Voilà qui nous conduit tout droit au second degré de lecture…

2/ À un niveau approfondi

Selon Le Livre des mutations (Yijing 易经) – qu’il est impératif d’avoir en tête sitôt que l’on souhaite lire ce genre de textes – le caractère sui , ici traduit par « suivre », est précisément synonyme de zhui – « poursuivre ». On comprend dès lors que l’intention (qui guide le souffle) doit être active dans l’unité pleinement habitée de chaque section, à chaque niveau. Elle ne se contente donc pas de suivre…

Une autre fonction du « suivre qui fixe et garde en ordre » est de garantir la spontanéité de l’acte, sa plénitude sans que l’intention jamais ne perde mesure et s’annonce… L’autre ne doit rien percevoir avant. Ce n’est donc pas tant dans la tactique du mouvement que dans la manière de guider l’intention elle-même…

Un autre texte ancien vient étayer cette explication.

身以滚而起,手以滚而出,
身进脚手随,三节自可齐。

Traduction:
身以滚而起,手以滚而出
Le corps utilise la vrille pour se dresser (déclencher), la main utilise la vrille pour jaillir,
起 a ici les deux sens « se dresser » et « déclencher », c’est à dessein !
滚 a aussi le sens de « impétueusement, avec violence et soudaineté », le caractère désigne aussi l’eau qui jaillit violemment sous pression.

身进脚手随,三节自可齐。
Le corps avance, pieds et mains suivent ; les trois sections sont alors ensemble.
Pour traduire correctement ce passage, il faut mettre en parallèle 身进 et 三节, 脚手随 et 自可齐.
On mesure là l’importance de la structure et du corps dans son ensemble, à des années-lumière des seuls membres frappeurs

Conclusion:

Cette première partie met en évidence plusieurs points:

  • Le dispositif corporel doit être unifié, une section bouge c’est toutes les sections qui bougent instantanément. Cela démontre bien l’importance de la structure (jie gou 結構) afin de mobiliser l’ensemble du corps d’un seul et unique bloc.
  • L’importance de l’intention dans l’ensemble des sections (et donc du corps), afin que l’explosivité (ou le fajin  發劲) soit à son apogée. Ce point est développé dans la seconde partie du texte (四梢齐 Sì shāo qí – l’unification des 4 extrémités).
  • La dissimulation de la frappe et de l’intention de la frappe.

© Copyright Shaolin Nantes.

Ancien texte sur le style Shaolin: 10 points essentiels dans la boxe Shaolin

Ancien texte sur le style Shaolin: 10 points essentiels dans la boxe Shaolin

Il existe un des textes les plus anciens sur le kungfu Shaolin, certains même affirment que c’est le plus ancien que nous possédons à ce jour. Ce texte explique les 10 points essentiels dans la boxe de Shaolin.

Ces 10 points essentiels sont les suivants:

  1. 明三节 Míng sān jié – les 3 sections distinctes
  2. 四梢齐 Sì shāo qí – l’unification des 4 extrémités
  3. 五行闭 Wǔ xíng bì – la maitrise des 5 éléments
  4. 八条论 Bā tiáo lùn – les 8 théories (du corps)
  5. 步法 Bù fǎ – les techniques de déplacement
  6. 手足法 Shǒu zú fǎ – les techniques de mains et de pieds
  7. 上法与进法 Shàng fǎ yǔ jìn fǎ – les techniques supérieures et les techniques pour progresser
  8. 顾开追截法 Gù kāi zhuī jié fǎ – les techniques de perception (gù 顾), d’ouvrir (kāi 开), de poursuivre (zhuī  追) et d’intercepter (jié 截)
  9. 三性调养法 Sān xìng tiáo yǎng fǎ – la technique des 3 propriétés pour ménager sa santé
  10. 劲法 Jìn fǎ – les techniques de puissance/force

Le texte est relativement long. Nous allons donc détailler chacun des 10 points sur une page dédiée.

Il est important de comprendre qu’il est très difficile de traduire ce genre de texte . C’est un texte écrit en chinois « ancien » (chinois dit « classique »), il ne peut donc être traduit que par des personnes qui ont suivi des études spécifiques. Une autre difficulté est que, quand bien même une personne comprenant le chinois classique , il faut également avoir une solide connaissance des arts martiaux traditionnels chinois pour pouvoir comprendre clairement le texte.

Personnellement, nous n’avons pas ces compétences linguistiques. Nous avons pu traduire et essayer de vous expliquer ce texte grâce à l’aide précieuse d’Olivier BOUTONNET (Professeur et traducteur de langue chinoise classique, docteur en histoire des religions et anthropologie religieuse et pratiquant redoutable du style Tai Zu de l’école Wu De Men). Nous en profitons pour le remercier chaleureusement 🙂

Ci-dessous, vous pouvez retrouver le texte original en chinois que nous allons traduire (et tenter de vous expliquer):

La formule des 10 points essentiels dans la boxe Shaolin –
少林拳法要略 捶把十要诀歌

少林家传捶把秘,   山门以里十要诀。
一要详知明三节,身进脚手快如飞。
打人不见拳掌影,三节明则武技成。

二要动静四梢齐,心动挥气丹田生。
气摧身抖似龙虎,力气汇拢发怪声。

三要明理五行闭,金木水土火归一。
自然地理论五行,五行生克艺高明。
五行相依气摧力,四两可拨千斤动。
此法即指气血调,气血丰满心生勇。

四要身法八条论,起落退反侧攻进。
纵法加入共八验,起横落顺一条线。
收如伏猫放如虎,反身护后似武仙。
左右遇敌速侧身,退侧引敌入伏圈。
胜要猛进驱虎豹,良机可施鹞翻山。

五要步法妙如神,寸垫过快五步溅。
寸步相距三尺近,短兵相接生死拼。
垫步相距五尺远,过步相距两弓准。
快步距身丈八尺,连腿带脚前平飞。
溅步连腿带脚跃,众困顷刻跳出围。

六要手足法之妙,出领起截奇如神。
非曲非直速起手,顺起顺落疾出伸。
截手后手催前手,往上翻腾崩如云。

七要上法与进法,工顺勇疾恨准真。
心一颤动劲即出,六明上进灵如神。
上法进法融上法,三节明者四梢齐。
闭之五行身法活,总汇五腑融一功。
一动百节皆是劲,全身打人招如神。
可谓心输上进法,战无不胜功夫真。

八要顾开追截法,四法贯注一气发。
若出绝技降龙虎,师云面笑不动唇。
藏而不露隐杀机,捉拿顽敌一瞬间。
开左开右硬与软,单顾双顾上下兼。
前后兼顾严无缝,若魔来犯神自生。
截手截身截颜面,截心一计敌必崩。
乘机穷追身紧贴,追风赶月扫残云。
明心贯通四法连,方知四两拨千斤。

九要三性调养法,眼耳心之融一家。
目为见性察万物,耳为灵性报答应。
心为勇性生虎威,三者互助出神把。
见灵勇妙贯一气,犹如神箭百万发。

十要劲法最重要,须知劲源气心血。
虎劲皆须气来催,气乃亦是血催之。
血乃源出心主施,故知劲源心血气。
心动气随顷刻间,劲力完全来之气。
蹭劲崩劲颤撞劲,用之其所才得益。
要禁直劲和粗劲,更忌死劲白费力。
捶把十要释家传,平素心里要记严。

A noter que nous retrouvons quasiment le même texte dans le style du Xin Yi Quan (style qui a énormément influencé la boxe Shaolin).

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Xiao Luo Han Quan – La boxe basique Luo Han de Shaolin 少林小罗汉拳

Shaolin Xiao Luo Han Quan – La boxe basique Luo Han de Shaolin 少林小罗汉拳

Le style Luo Han 罗汉 de Shaolin est un style fondamental et incontournable pour tous les pratiquants de la boxe de Shaolin 少林拳. 

Le Luo Han罗汉 (ou arhat en sanscrit) signifie « méritant » ou « vénérable », il désigne à l’origine les disciples du Bouddha et par extension tout personnage garant et protecteur de la Loi Boudhiste.

D’après les anciens livres de Shaolin (Shaolin Quan Pu 少林拳谱), la boxe Luohan 罗汉拳 est  l’une des formes les plus anciennes et des plus excellentes de l’art de la boxe de shaolin.
D’après la légende, c’est un des rares styles de l’école Shaolin à avoir été créé au sein du monastère (contrairement aux autres qui ont été apporté de l’extérieur).

La légende dit également qu’il fut créé par le moine Fu Ju 福居 pendant la dynastie Song 宋代. Il absorba les techniques  des 18 formes (taolu) des 18 mains du luohan et les techniques du combat réel provenant des 18 styles.

Les particularités de ce style sont l’utilisation:

  • des techniques de jambes
  • des déplacements
  • des feintes 
  • de l’unification de la défense avec l’attaque

L’ancien traité canonique  de ce style le décrit de la manière suivante:

头如波浪,手似流星。
身如杨柳,脚似醉汉。
出于心灵,发于性能。
似刚非刚,以实而虚。
久练自化,熟极自神。

Traduction :
La tête est comme une vague, les mains comme des météorites.
Le corps est comme un saule, les pieds (déplacements) sont ceux d’un homme ivre.
(les coups) sortent à partir de l’intention, (ils) sont générés par le fonctionnement (du corps).
Ferme mais pas ferme, utilisant le réel et le vide (feinte).
Pratiquer longtemps et (les techniques) deviendront naturelles (automatiques), au sommet de la maturité (tu deviendras) naturellement un dieu.

Ce style est très répandu en Chine et nous pouvons le retrouver dans de nombreux styles/écoles (PakMei, HungGar, etc)

A Shaolin et ses environs, en fonction des lignées, nous retrouvons différentes structurations du style. Par exemple, dans la lignée de Zhu Tian Xi, le style Luo Han est composé de 18 taolus correspondant aux 18 Luo Han légendaires. 

Dans la lignée de notre école, le style est composé de plusieurs taolus dont deux indispensables:

– Xiao Luo Han Quan 小罗汉拳 – littéralement « petite boxe Luo Han » mais faisant référence à « basique » et non pas « petit » – « la boxe basique Luo Han ». Cette boxe contient 36 techniques, nous l’appelons également 36 shou Luo Han Quan  三十六手罗汉拳 « la boxe des 36 mains (techniques) de Luo Han »

– Da Luo Han Quan  大罗汉拳 – littéralement « grande boxe Luo Han » mais faisant référence à « avancée » et non pas « grande » – « la boxe avancée Luo Han ».
Cette boxe contient 72 techniques, ce qui donne un total de 108 techniques .

Les autres boxes du style (Luo Han Shen Da 罗汉神打 les frappes divines du Luo Han , Luo Han Duan Da 罗汉短打 Le corps à corps du Luo Han, etc) ont été développées sur ces deux formes en y ajoutant des techniques des autres styles (comme le Xin Yi Ba 心意把, ou le Hong Quan 洪拳)

Pour en revenir sur Xiao Luo Han Quan 小罗汉拳, comme indiqué ci-dessus, elle possède plusieurs noms « Xiao Luo Han Quan 小罗汉拳 »,  « 36 shou Luo Han Quan  三十六手罗汉拳 » mais également « Er Lu Luo Han Quan 二路罗汉拳 » ou « Fu Hu Luo Han Quan 伏虎罗汉拳 ». Malgré ces différences de noms, les techniques sont les mêmes.

Les 36 techniques de Xiao Luo Han Quan 小罗汉拳 sont les suivantes:

1 罗汉插花手 luo han cha hua shou Le Luo Han  perce avec ses mains
2 紫燕双飞 zi yan shuang fei Double vol de l’hirondelle
3 双风贯耳 shuang feng guan er Le double vent rentre dans les oreilles
4 倒步切掌 dao bu qie zhang Déplacement arrière en coupant avec la paume
5 弓步双穿掌 gong bu shuang chuan zhang Double frappe perçante avec les paumes en gong bu
6 马步双砸拳 ma bu shuang za quan Double coup de poing pilonnant en ma bu
7 金鸡独立 jin ji du li Le coq d’or se tient sur une patte
8 力劈华山 li pi hua shan Fendre/séparer avec force le mont HUA
9 二起脚 er qi jiao Coup de pied ciseau
10 罗汉观景 luo han guan jing Le Luo Han en observation
11 二郎担山 Er lang dan shan « Er Lang » (Dieu chinois) détient la montagne
12 双云顶
跳步
三冲拳
shuang yun ding tiao bu san chong quan Double protection de la tête en déplacement sauté enchainé avec trois coups de poing
13 勒马按拳 le ma an quan Contraindre le cheval en appuyant le poing
14 双劈拳 shuang pi quan Double coup de poing marteau
15 双风贯耳 shuang feng guan er Le double vent rentre dans les oreilles
16 罗汉撞钟 luo han zhuang zhong Le Luo Han fait sonner la cloche
17 侧踹腿 ce chuai tui Coup de pied latéral
18 上步推掌 shang bu tui zhang Avancer et donner un coup de paume
19 手挥琵琶 shou hui pi pa Jouer du pipa
20 倒歇步砍掌 dao xie bu kan zhang Descendre en position assise et trancher avec la paume
21 罗汉三醉步 luo han san zui bu Le Luo Han fait 3 déplacements de l’homme ivre
22 罗汉插拳 luo han cha quan Le Luo Han perce avec ses poings
23 转身冲拳 zhuan shen chong quan Se retourner et donner un coup de poing
24 连环拳掌 lian huan quan zhang Enchainer les coups de poing et les tranchants
25 罗汉插拳 luo han cha quan Le Luo Han perce avec ses poings
26 力劈华山 li pi hua shan Fendre/séparer avec force le mont HUA
27 罗汉睡觉 luo han shui jiao Le Luo Han s’endort
28 转身
双推掌
双扳手
zhuan shen
shuang tui zhang
shuang ban shou
Se retourner
Double coup de paumes
Double coup avec le revers des mains
29 旋风脚 xuan feng jiao Coup de pied tourbillon
30 罗汉拜佛 luo han bai fo Le Luo Han salut bouddha
31 左右仆步切掌 zuo you pu bu qie zhang Couper avec la paume à gauche et à droite en pu bu
32 双关铁门 shuang guan tie men Double fermeture de la porte de fer
33 二起脚
罗汉听经
er qi jiao
luo han ting jing
Coup de pied ciseau
Le Luo Han écoute le sutra
34 横空出势
猛虎出洞
heng kong chu shi
meng hu chu dong
Sortir tout d’un coup
Le tigre féroce jaillit de sa grotte
35 罗汉插拳 luo han cha quan Le Luo Han perce avec ses poings
36 舞花坐山 wu hua zuo shan Les fleurs tourbillonnent, s’asseoir sur la montagne

Quelques vidéos:

© Copyright Shaolin Nantes.

Lignée de notre école Shaolin Nantes

Dans les 2 articles suivants, nous vous avons présentés l‘origine de la lignée de Shaolin ainsi que son importance dans la culture.

Cet article vous présente la lignée de notre école Shaolin Nantes, du maitre fondateur Fu Yu 福裕 au maitre Heng Jun 恒君.

Lignée de l’école Shaolin Nantes:

Début de la lignée avant la mise en place du système des noms du maitre 福裕 (Fú yù):

Bodhidharma 菩提达摩 (d. 535)
Huìkě 慧可 (487-593)
Sēngcàn 僧璨
Dàoxìn 道信 (580-651)
Hóngrěn 弘忍 (602-675)
Huìnéng 慧能
Xíngsī 行思
Xīqiān 希迁 (700-790)
Wéiyǎn 惟俨
Tánchéng 昙晟
Liángjià 良价
Dàoyīng 道膺
Dàopī 道丕
Guānzhì 观志
Yuánguān 缘观
Jǐngxuán 警玄 (943-1027)
Yìqīng 义青
Dàokǎi 道楷 (1043-1118)
Zìjué 自觉
Huìlán 慧兰
Xībiàn 希辩
Sēngbǎo 僧宝
Shītǐ 师体
Huìmǎn 慧满
Xíngxiù 行秀 (1166-1246)

Suite de la lignée avec la mise en place du système des noms du maitre 福裕 (Fú yù):

1. Fú yù 福裕 – la dynastie Song 宋朝
(Sòng cháo 960 – 1279)
2. Huì jù 惠炬 – la dynastie Yuan 元朝
(Yuán cháo 1260 – 1368)
3. Zhì ān 智庵 – la dynastie Yuan 元朝
(Yuán cháo 1260 – 1368)
4. Zǐ ān 子安 – la dynastie Yuan 元朝
(Yuán cháo 1260 – 1368)
5. Jué xun 覺訓 – la dynastie Yuan 元朝
(Yuán cháo 1260 – 1368)
6. Liǎo gǎi 了改 – la dynastie Yuan 元朝 (
Yuán cháo 1260 – 1368)
7. Běn zhěng 本整  – la dynastie Yuan 元朝 (
Yuán cháo 1260 – 1368)
8. Yuán shèng 圓勝 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
9. Kě gǎi 可改 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
10. Wù léi 悟雷 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
11. Zhōu fú 周福 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
12. Hóng cè 洪策 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
13. Pǔ biàn 普便 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
14. Guǎng shùn 广顺 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
15. Zōng xiāng 宗乡 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
16. Dào hú 道胡 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
17. Qìng wàng 慶望 – la dynastie Ming 明朝
(Míng cháo 1368 – 1644)
18. Tóng tì 同替 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
19. Xuán kuí 玄魁 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
20. Zu Qin – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
21. Qǐng níng 请薴 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
22. Jìng fǔ 净府 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
23. Zhēn lè 真樂 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
24. Rú diàn 如殿 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
25. Hǎi ān 海安 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
26. Zhan Yin – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
27. Jì fāng 寂方 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
28. Chún yuán 淳缘 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
29. Zhēn xīn 禎新 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
30. Sù diǎn 素典 – la dynastie Qing 清朝
(Qīng cháo 1644 – 1911)
31. Dé bǎo 德宝 – République de Chine
(1912 – …)
32. Xíng zhèng 行正 – République de Chine
(1912 – …)
33. Yǒng shān 永山 – République de Chine
(1912 – …)
34. Yán Fo 延佛 – République de Chine
(1912 – …)
35. Héng jūn 恒君 – République de Chine
(1912 – …)
36. Shaolin Nantes
Lignée de l’école Shaolin Nantes

 

© Copyright Shaolin Nantes.

Shaolin Xiao Hong Quan – La petite boxe Hong de Shaolin 少林小洪拳

Shaolin Xiao Hong Quan – La petite boxe Hong de Shaolin 少林小洪拳

Le style Hong 洪门 de Shaolin est un style fondamental et incontournable pour tous les pratiquants de la boxe de Shaolin 少林拳.

Son origine est assez floue, il n’existe aucun document historique retraçant sa source. Il existe cependant beaucoup de légendes et de transmissions orales. Ci-après, je vous fais part de quelques-unes d’entre elles:

  • Selon le Maître Su Yun 释素云, le style Hong 洪门 a été introduit à Shaolin 少林 par deux personnes réfugiées au temple Shaolin. Ces deux personnes portaient le nom de Hong 洪 et étaient de la même famille (père et fils). Suite à l’hospitalité des moines lors de leur refuge, le père aurait transmis la boxe Da Hong Quan 大洪拳 et le fils aurait transmis la boxe Xiao Hong Quan 小洪拳.
  • Selon certains documents, le style Hong 洪门 aurait été transmis par Li Sou李叟 lors de sa venue au temple Shaolin à la demande du moine Jue Yuan (voir article)
  • Une autre légende attribue la transmission du style Hong 洪门 par l’empereur Tai Zu太祖 (Zhao Kuang Yin 趙匡胤), qui fut l’empereur de la dynastie Song 宋代. Nous retrouvons d’ailleurs son nom dans la première phrase du traité canonique de la boxe Da Hong :
    太祖洪拳实招难
    Il est difficile de parer les coups de la boxe Tai Zu Hong 太祖洪拳
Maitre Shi Su Yun 释素云

Il nous est donc très difficile, voire impossible, d’affirmer avec exactitude l’origine de cette boxe et donc difficile aussi de donner une traduction juste du nom. Les deux traductions possibles sont les suivantes :

  • La boxe Hong en référence au nom de famille Hong (voir légende 1 ci-dessus)
  • La boxe de l’inondation. En effet le caractère Hong 洪 peut se traduire par inondation (ou crue) et ferait référence à l’inondation de coups de la boxe qui submergerait l’adversaire.

Le style Hong est composé essentiellement de deux boxes :

Xiao Hong Quan 小洪拳 – littéralement « petite boxe Hong » mais faisant référence à « basique » et non pas « petit » – « la boxe basique Hong ».

Da Hong Quan  大洪拳 – littéralement « grande boxe Hong » mais faisant référence à « avancée » et non pas « grande » – « la boxe avancée Hong ».

Caractéristiques

La petite boxe Hong 小洪拳 est l’une des boxes les plus importantes des boxes de base de Shaolin. Elle possède les caractéristiques uniques de la boxe Shaolin, il est dit qu’elle contient toutes les techniques indispensables dans le Gong Fu de Shaolin.  Une phrase très connue dit que Xiao Hong Quan est la mère des 18 boxes (de toutes les boxes) 十八拳之母.

Le style Hong se focalise essentiellement sur l’utilisation des techniques de mains ouvertes 掌法.

Les mouvements et les positions sont claires, l’attaque et la défense sont précises, les positons sont petites et étroites avec des changements soudains, mêlant dureté et douceur.

Les techniques de corps ne sont ni droites ni tordues. Les mains, les yeux, le corps et les déplacements doivent être en harmonie.

C’est une forme très puissante, il est dit qu’elle a gagné la réputation de vaincre un bison.

Elle permet aux pratiquants d’apprendre les fondamentaux comme:
les positions 步型:
Ma Bu 马步, Gong Bu 弓步, Pu Bu 仆步,  Ding Zi Bu 丁字步…

les formes de mains 手型:
Main ouverte 掌, poing 拳, griffe 五花抓…

les techniques de mains ouvertes 手法:
frapper du tranchant de la paume推掌, 抢手, frapper avec le revers de la main扳手, trancher avec la main 砍手, bloquer拦手, frapper du bas vers le haut avec la main ouverte撩手, griffer 抓手…

les techniques de poings 拳法:
coup de poing 冲拳, poing marteau 劈拳, uppercut 撩拳, coup de poing pilonnant 砸拳…

les techniques de pieds 足法:
piétiner踩脚,  crocheter勾脚…

les techniques de jambes 腿法:
coup de pied 踢, fouetter 弹, bondir 跳…

les techniques du corps 身法:
tourner/retourner 转身, retirer/contracter le corps 缩身…

les techniques du regard (des yeux) 眼法:
Fixer (du regard) 盯,  troubler迷, violent/féroce暴….

Comme toutes les boxes, Xiao Hong Quan a un traité canonique  pour la décrire. Cependant celui-ci semble être très ancien et plus difficile à appréhender, ou tout du moins à traduire. Nous ne l’avons donc pas encore traduit. Le traité est le suivant:

小洪拳为诸拳源, 昭阳起身探马拳.
起身就是横捶打, 提炮往后连一掌.
左右探马分头转, 步步桃摆下单鞭.
右边才下罗汉势, 左边又使太祖拳.
偷步四平往前转, 二起踩脚打盖拳.
跳罢滚身鬼捣舀, 抽身定势白虎拳.
移身进步左探马, 偷步偷脚底四拳.
二起一对双飞燕, 盘龙金鸡猛虎翻.
夜叉探海回头转, 仙人指路能移山.
稳稳不动靠山势, 威镇乾坤横势转.
左右四平金刚势, 降龙伏虎移泰山.
仙人指路往前进, 偷步偷脚站中间.
金龙盘爪拦井势, 探马猿猴把阵观.

Le nom des techniques de la boxe Xiao Hong :

预备式 yu bei shi

  1. 怀中抱月 huai zhong bao yue – Tenir la lune dans ses bras 抱月 contre sa poitrine怀中
  2. 白云盖顶 bai yun gai ding – Le nuage blanc 白云 couvre le sommet 盖顶
  3. 弓步推掌 gong bu tui zhang – Frappe du tranchant de la paume推掌en position de l’arc  弓步
  4. 抱手缩身 bao shou suo shen – Tenir la main dans son bras 抱手en retirant et regroupant son corps 缩身
  5. 上步推掌 shang bu tui zhang – Avancer 上步 et frappe du tranchant de la paume推掌
  6. 转身扳手 zhuan shen ban shou – Se retourner 转身 et frapper du revers de la main 扳手
  7. 上步推掌 shang bu tui zhang – Avancer 上步 et frappe du tranchant de la paume推掌
  8. 转身棚腿 zhuan shen peng tui – Se retourner 转身et couvrir sa jambe棚腿
  9. 双外摆脚  shuang wai bai jiao – Coup de pied vers l’extérieur avec double claque
  10. 弓步斜形  gong bu xie xing – Le corps de travers 斜形 en gong bu 弓步
  11. 压手缩身 ya shou suo shen – Appuyer la main 压手en retirant et regroupant son corps 缩身
  12. 上步劈腿 shang bu pi tui – Avancer 上步et frapper simultanément en coup de poing marteau et en coup de pied 劈腿
  13. 弓步斜形  gong bu xie xing – Le corps de travers 斜形 en gong bu 弓步
  14. 仆步切掌 pu bu qie zhang – Couper avec le tranchant de la main
  15. 狮子大张口 shi zi da zhang kou – Le lion ouvre sa gueule
  16. 云顶七星 yun ding qi xing – Les nuages au-dessus de la tête 云顶 et faire la technique des 7 étoiles 七星
  17. 马步单鞭 ma bu dan bian – (technique) de la palanche 单鞭 en mabu 马步
  18. 抱手缩身 bao shou suo shen – Tenir la main dans son bras 抱手en retirant et regroupant son corps 缩身
  19. 上步枪手 shang bu qiang shou – Avancer 上步et frapper avec la main en forme de lance 枪手
  20. 里合冲天炮 li he chong tian pao – Coup de pied intérieur 里合le canon fuse vers le ciel冲天炮
  21. 蝎子摆尾xie zi bai wei – Le scorpion balance sa queue.
  22. 狮子大张口shi zi da zhang kou – Le lion ouvre sa gueule
  23. 上步推掌 shang bu tui zhang – Avancer 上步 et frappe du tranchant de la paume推掌
  24. 转身扳手退二步 zhuan shen ban shou tui er bu – Reculer de deux pas 退二步se retourner 转身et frapper du revers de la main 扳手
  25. 上步推掌 shang bu tui zhang – Avancer 上步 et frappe du tranchant de la paume推掌
  26. 转身棚腿 zhuan shen peng tui – Se retourner 转身et couvrir sa jambe棚腿
  27. 右单拍脚you dan pai jiao – Coup de pied de face claqué à droite
  28. 弓步盘肘 gong bu pan zhou – Coup de coude circulaire 盘肘en gong bu 弓步
  29. 压手缩身 ya shou suo shen – Appuyer la main 压手en retirant et regroupant son corps 缩身
  30. 上步劈腿 shang bu pi tui – Avancer 上步et frapper simultanément en coup de poing marteau et en coup de pied 劈腿
  31. 弓步盘肘 gong bu pan zhou – Coup de coude circulaire 盘肘en gong bu 弓步
  32. 仆步切掌 pu bu qie zhang – Couper avec le tranchant de la main
  33. 狮子大张口 shi zi da zhang kou – Le lion ouvre sa gueule
  34. 云顶七星 yun ding qi xing – Les nuages au-dessus de la tête 云顶 et faire la technique des 7 étoiles 七星
  35. 马步单鞭 ma bu dan bian – (technique) de la palanche 单鞭 en mabu 马步
  36. 抱手缩身 bao shou suo shen – Tenir la main dans son bras 抱手en retirant et regroupant son corps 缩身
  37. 上步枪手 shang bu qiang shou – Avancer 上步et frapper avec la main en forme de lance 枪手
  38. 右单拍脚you dan pai jiao – Coup de pied de face claqué à droite
  39. 前后三推掌qian hou san tui zhang – 3 frappes du tranchant de la paume三推掌devant et derrière 前后
  40. 左单拍脚zuo dan pai jiao – Coup de pied de face claqué à gauche
  41. 前后三推掌qian hou san tui zhang – 3 frappes du tranchant de la paume三推掌devant et derrière 前后
  42. 金鸡独立 jin ji du li – Le coq d’or se tient sur une patte
  43. 海底捞月 hai di lao yue – saisir la lune 捞月 au fond de la mer 海底
  44. 卧底炮 wo di pao – le canon caché/dissimulé
  45. 黒虎掏心 hei hu tao xin – le tigre noir 黒虎arrache le cœur 掏心
  46. 侧耳炮 ce er pao – Le canon à côté de l’oreille
  47. 满肚痛 man du tong – Une douleur dans tout l’abdomen
  48. 抱手缩身 bao shou suo shen – Tenir la main dans son bras 抱手en retirant et regroupant son corps 缩身
  49. 上步推掌 shang bu tui zhang – Avancer 上步 et frappe du tranchant de la paume推掌
  50. 转身平心炮 zhuan shen ping xin pao – Se retourner 转身 et frappe canon devant le buste 平心炮
  51. 五花坐山 wu hua zuo shan – 5 fleurs 五花 assissent sur la montagne 坐山

收式shou shi

Ci-dessous quelques vidéos de la boxe Xiao Hong  小洪拳:

© Copyright Shaolin Nantes.

« Le respect des ainés » 孝 Xiao

Dans la culture chinoise, le respect des ainés est quelque chose de très important. En chinois, on l’appelle xiào, qui veut littéralement dire piété filiale. C’est une vertu de respect pour ses propres parents et ancêtres. Le classique du confucianisme, Classique de la piété filiale (Xiào Jing), est la source historique d’autorité sur le principe confucéen de ‘’xiào’’ / « piété filiale ». Le livre est une conversation entre Confucius et son élève Zeng Shen (曾参,également connu sous le Zengzi 曾子) qui traite de comment mettre en place une bonne société en utilisant le principe de xiào (piété filiale).

Si nous analysons l’idéogramme chinois Xiao 孝, nous nous rendons compte qu’il explique simplement cette vertu confucéenne. Il est composé de deux idéogrammes:

  • le premier est « lao »老 qui signifie « ancien, âgé, vieux » qui est positionné sur le haut.
  • Le second est « zi » 子 qui signifie « enfant » qui lui est positionné en bas.
  • Donc nous pouvons lire que « l’enfant soutien l’ancien ».
Le caractère Xiao 孝
Le caractère Xiao 孝

En termes plus généraux, la piété filiale signifie d’être bon envers ses parents ; d’en prendre soin ; de s’engager dans une bonne conduite non seulement envers les parents, mais aussi à l’extérieur de la maison afin d’apporter un bon nom pour ses parents et ancêtres ; de bien exercer les fonctions de son emploi de manière à obtenir les moyens matériels pour soutenir ses parents ainsi que procéder à des sacrifices aux ancêtres ; de démontrer de l’amour, respect et soutien ; de faire preuve de courtoisie ; d’afficher sa tristesse face à la maladie et la mort de ses parents.

La piété filiale est considérée comme une vertu clé dans la culture chinoise et est ainsi le sujet principal d’un grand nombre d’histoires. L’une des plus célèbres collections de ces histoires est les Vingt-quatre piétés filiaux (Ershi-si xiào 二十四孝). Ces histoires illustrent comment des enfants ont exercé leur piété filiale par le passé.

Les 24 histoires de la piété filiale 二十四孝

Au temple Da Fa Wang 大法王寺, dans la cour du palais du sage de l’ouest 西方圣人殿, il y a plusieurs stèles formant la forêt de la vertu (德林 Dé Lín en chinois). Sur une d’entre elles, il y a l’idéogramme « xiao » 孝. Cette stèle a été créée à l’initiative de maitre Shi Heng Jun 释恒君 en respect pour son maitre et ses ainés.

La stèle 孝
Maitre Shi Heng Jun 释恒君 avec son maitre Shi Yan Fo 释延佛

© Copyright Shaolin Nantes.

Les 18 techniques de base de Shaolin 少林基本功十八式

A Shaolin il existe 18 techniques de bases qui permettent de « poser les fondations » du style. Bien évidemment il en existe plus que 18. Mais le chiffre 18 étant un chiffre important dans la culture de Shaolin, les anciens maitres ont définies 18 techniques basiques précises.

马步单鞭 – Mǎ bù dān biān

Ces 18 techniques sont les suivantes :

1 马步单鞭Mǎ bù dān biān 2 弓步斜形Gōng bù xié xíng
3 虚步格掌Xū bù gé zhǎng 4 仆步切掌Pū bù qiè zhǎng
5 歇步中拳Xiē bù chōng quán 6 弹腿Tàn tuǐ
7 单拍脚Dān pāi jiǎo 8 里合脚Lǐ hé jiǎo
9 外摆脚Wài bǎi jiǎo 10 劈腿Pī tuǐ
11 侧踹腿Cè chuài tuǐ 12 后蹬腿Hòu dēng tuǐ
13 鸡型步Jī xíng bù 14 蝎子摆尾Xiē zi bǎi wěi
15 前扫腿Qián sǎo tuǐ 16 二起脚Èr qǐ jiǎo
17 旋风脚Xuànfēng jiǎo 18 外摆脚Wài bǎi jiǎo

Elles permettent de travailler les postures, les techniques des membres supérieurs (tranchants, poings, crochets, hypercut, marteaux, piques, etc), les techniques des membres inférieurs (déplacements, coup de pieds, balayages, etc) ainsi que les principes du style. Chacune des techniques permet une défense sur une des 3 distances (longue, moyenne, courte) et s’exprime par des clés, projections et percussions.

Elles se retrouvent dans la totalité des formes du style (luohan quan, hong quan, qi xing quan, etc) et sont la « marque de fabrique » du style.

© Copyright Shaolin Nantes.